Fermer

JO. Quels sont les pays avec les meilleures chances de médailles africaines?

Publié le 06/08/2016 à 13h56 Par Mar Bassine

#Sports
Jeux Olympiques
© Copyright : DR

#Maroc : A Rio, ce sont surtout le Kenya et l’Ethiopie qui devraient encore dominer le fond, demi-fond et le marathon. L’Afrique du Nord reste en retrait, alors que l’Afrique de l’Ouest et du Centre ont de maigres chances. Quant aux Sud-africains, ils comptent sur le nombre pour récolter des médailles.


A Rio, les Africains ont de vraies chances de médailles. Même si ce ne serait pas juste de comparer un Kenya, dont les couleurs sont défendues par une cinquantaine d’athlètes et un palmarès à faire pâlir tant de nations, à un Sénégal, avec à peine 13 athlètes en plus de son équipe de basketball. Un Maroc, représenté par 49 concurrents ne vise pas les mêmes objectifs qu’un Gabon avec moins de 10 athlètes. 


Après le record de 40 médailles obtenues en 2008 à Pékin, le continent veut redorer son blason, en espérant faire nettement mieux qu’en 2012 à Londres. L’hiver austral brésilien lui portera-t-il chance ? Les 19 jours de compétition, du 3 au 21 juillet, nous édifieront.


Mais toujours est-il qu’à côté du Kenya et du Maroc, déjà cités, il y a bien entendu l’Ethiopie, l’Afrique du Sud, mais également l’Algérie, l’Erythrée ou l’Egypte qui prétendent à l’or dans certaines disciplines. Lors des derniers championnats du monde d’Athlétisme de Pékin en 2015, l’Afrique s’est particulièrement illustrée en remportant 32 médailles, contre 30 à Moscou deux ans plus tôt. C’est une bonne raison d’être optimiste.


Afrique du Sud : les sports impopulaires aussi donnent des médailles

Avec plus de 150 athlètes, l’Afrique du Sud veut battre son record de médailles. Elle couvre une palette de disciplines beaucoup plus large que le reste du continent et présente de sérieuses chances dans beaucoup d’entre elles. En natation,  trois nageurs sud-africains, ont réalisé de belles performances récemment. Cameron van der Burgh, le champion olympique au 100m dans le bassin de Londres en 2012 avait également fait briller l’argent à deux reprises à Kazan au 50 et au 100m en 2015. Il pourrait éventuellement compter en relais sur un autre champion olympique, Chad le Clos, qui avait remporté l’or au 200m à Londres en 2012.

Dans les différentes épreuves de sprint, si Usain Bolt et Justin Gatlin continuent d’éclipser les stars, Anaso Jobodwana s’est classé troisième au 200m de Pékin en 2015. Il  a toutes ses chances d’être sur le podium à Rio. Alors qu’auu 400m, le champion du monde en titre n’est autre que Wayde van Niekerk qui a remporté l’or à Pékin.

Concernant le saut en longueur, Rushwal Samaai, 24 ans, est champion d’Afrique en titre avec un bond de 8,40m, le 23 juin dernier à Durban. Une telle performance lui aurait permis de battre le britannique Greg Rutherford à Londres en 2012. Alors, pourquoi pas l’or à Rio ?

L’Afrique du sud ne saurait partir sans son équipe de Rugby à VII, épreuve admise pour la première fois aux JO. Dans les classements du circuit mondial de Rugby à 7, l’Afrique du Sud occupe la deuxième place, derrière les Fiji et devant le 7 néozélandais, australien et argentin. La deuxième équipe africaine de rugby à 7 du classement du  World Rugby est le Kenya, occupant la septième place mondiale. Pourquoi pas alors deux pays africains sur le podium ?

Enfin, aux épreuves d’aviron, il y a de sérieuses prétendantes au podium. Car, à Aiguebelette en France, Ursula Grobler et Kristen Mc Cann ont arraché la troisième place aux épreuves de couple poids légers.


L’Afrique du nord, plus que l’ombre d’elle-même

Il est certes inimaginable que les pays d’Afrique du nord reviennent sans médailles. Mais, il faut dire que les stars qui permettaient d’avoir des certitudes sont de plus en plus rares.


Concernant l’Algérie, à l’image des autres pays du Maghreb, l’athlétisme est en recul. Dans le noble art, d’après le classement de l’Association internationale de boxe amateur, Abdelkader Chadi est  le deuxième des moins de 64kg. Le double champion d’Afrique en titre qu’il est a donc les raisons d’espérer un podium pour sa troisième participation aux JO. Quant à Mohamed Flissi, s’il renouvelle son exploit des mondiaux de Pékin, ce sera au moins le bronze. En 2013, au Kazakhstan, il avait même fait mieux, avec une deuxième place pour les moins de 49kg.*En athlétisme, Taoufik Makhloufi, 28 ans, fait partie des chances africaines, parce qu’il est quand même le champion olympique en titre des 1500m. Sauf qu’à Pékin en 2015, il avait déçu ses fans, avec sa quatrième place. A 28 ans, devant les kenyans aux 1500 comme au 800, il devra réaliser un exploit pour accrocher un podium.

Quant au Maroc,  Abdalaati Iguider, 29 ans, devra faire face encore une fois aux Kenya qui, depuis les jeux olympiques de Londres en 2012, l’ont empêché d’aller plus loin que le bronze sur 1500m. Il devra réaliser un exploit pour se hisser sur le podium. Il y a néanmoins deux autres chances médailles, à savoir le cavalier spécialiste des sauts d’obstacles Abdelkebir Ouaddar. Il a remporté récemment, le Grand prix du Saint Hermès. A Rio, il vise au moins le podium. En boxe, c’est surtout le jeune Mohamed Rabii qui porte l’espoir marocain. Il a eu a remporté le championnat du monde de boxe, en catégorie poids welters en 2015.

Enfin, la Tunisie, non plus, n’est pas dans les épreuves phare, néanmoins ses deux plus sérieux prétendants au podium ont leurs chances.

Une constellation d’outsiders à l’Est et au sud

Quatre pays que l’on n’a pas l’habitude de citer partent avec de très sérieux prétendants. Il s’agit notamment du Botswana, du Burundi, de l’Erythrée et de l’Ouganda qui se battent pour sortir de l’ombre de l’Ethiopie et du Kenya. Ainsi, le Botswanais Nijel Amos avait réussi à s’intercaler entre le Kenyan David Rudisha et l’Ethiopien Mohammed Aman à Londres en 2012, s’offrant l’argent olympique pour le 800m. A Rio, il lui faudra un vrai exploit pour accrocher un podium, mais il a ses chances.

Pour le Burundi, Antoine Gakeme et Francine Niyonsaba, pourraient monter sur le podium. Aux championnats du monde en salle de Porland, en mars 2016, Gakeme avait réussi à décrocher l’argent aux 800m. Quant à Francine Niyonsaba, elle avait fait une belle performance mondiale à Portland en décochant l’or. Ses chances sont très bonnes pour Rio.

A Rio, tout reste possible également pour l’Erythréen, Ghirmay Ghebreslassie. A Pékin en 2015, aux championnats du monde IAAF, avec 2h 12mn 28s, il s’est imposé devant l’Ethiopien Yeman Tsegay et l’Ougandais Munyo Solomon Mutai.

Enfin, les espoirs de l’Ouganda, reposent sur Munyo Solomon Mutai. C’est son âge qui est son principal atout. A 23 ans, Mutai est un marathonien qui fera parler de lui. Il avait réussi à décrocher le bronze aux mondiaux IAAF de Pékin en 2015. Pour ses premiers JO, c’est un sérieux prétendant au podium.



Ethiopie et Kenya : les rois de la piste

Au fil des années, ces deux pays d’Afrique de l’Est ont réussi à imposer leur nom dans l’athlétisme mondial. A eux deux, ils risque de remporter plus de 75% des médailles africaines.

L’Ethiopie est l’un des pays les plus attendus pour les jeux de Rio avec sa horde d’athlètes. Au total, on dénombre au moins une quinzaine de dignes successeurs d’Abebe Bikila, présents à Rio. Ils sont surtout sur le fond, demi-fond et le marathon.

Le Kenya, pour sa part, est l’une des nations qui représentera dignement l’Afrique. Les athlètes d’exception ont néanmoins failli ne pas participer à la compétition à cause d’un scandale de dopage. Cela aurait été dommage pour la beauté des compétions de fond et demi-fond. Parce qu’ils sont les meilleurs de leur discipline respective.


Côte d’Ivoire : un représentant pour l’Afrique de l’Ouest

Meilleure performance mondiale de l’année aux 100m de Montverde aux Etats-Unis en 2016, la sprinteuse Murielle Ahouré peut encore dominer ses concurrentes à Rio, ce qui lui fera oublier sa malheureuse 6e place aux 200 et 7e place aux 100 de Londres en 2012.  Quant à la taekwondiste Ruth Gbagbi, qui n’avait que 18 ans à Londres, elle a gagné en expérience, comme en témoignent les trois championnats d’Afrique de 2012, 2014 et 2016 où elle s’est imposée dans sa catégorie, les 67kg. Le podium olympique lui sourira peut-être.


Les meilleures chances de médailles: Afrique du Sud, Ethiopie, Kenya, Maroc, Tunisie

AFRIQUE DU SUD

Athlète Age Discipline (s) Dernière performance Année Compétition
Ursula Grobler 35 ans Aviron Bronze 2015 Aiguebelette
Kristen Mc Cann 27 ans Aviron Bronze 2015 Aiguebelette
Cameron Cameron van der Burgh 28 ans Natation 50-100m Or (JO), Argent 2012, 2015 Kazan
Chad Le Clos 24 ans Natation 100-200m Or 2012 Londres
Chad Ho 26 ans Natation 5km Or 2015 Kazan
Richard Murray 27 ans Triathlon Or 2016 New Plymouth (IAAF)
Anaso Jobodwana 24ans 200m Bronze 2015 Pékin
Wayde van Niekerk 24 ans 400m Or 2015 Pékin
Sunette Viljoen 33ans Javelot Bronze 2015 Pékin
 
 
 
ETHIOPIE
 
Athlète Age Discipline (s) Dernière performance Année Compétition
Almaz Ayana
 
  5000m Or 2015 IAAF Pékin
Dawit Seyaum
 
19ans 1500m Argent   2016 Portland (en salle)
Gelete Burka 30 ans 10000m Argent 2015 Pékin
Genzebe Dibaba 25 ans 3000m, 1500m, 5000m Or (1500 et 3000m) 2014, 2015 Portland (en salle)  et Pékin
Gudaf Tsegay 19 ans 1500m Bronze 2016 Portland (Salle)
Hagos Gebrhiwet   5000m Argent (2013), Bronze (2015) 2013, 2015 Moscou, Pékin
Mare Dibaba 26 ans Marathon Or 2015 Pékin
Mohammed Aman 22 ans 800m Or 2013 Moscou
Muktar Edris   5000m Meilleure performance de la saison 2016 Shangaï et Eugene (Etats-Unis)
Senbere Teferi 21 ans 5000m Argent 2015 Pékin
Sofia Assefa   3000m steeple Argent 2012 Londres
Yemane Tsegay   Marathon Argent 2015 Pékin
Yomif Kejelcha 18 ans 5000m Or 2015 Diamond League
 
 
KENYA

 
Athlète Age Discipline (s) Dernière performance Année Compétition
Asbel Kiprop
 
  1500m Or 2011, 2013, 2015 Daegu, Moscou, Pékin
Brimin Kipruto 31 ans 3000m steeple Bronze 2015 Pékin
Caleb Ndiku 24 ans 5000m Argent 2015 Pékin
Conseslus Kipruto   3000m steeple Argent 2013, 2015 Moscou, Pékin
David Rudisha   800m Or,
Actuel record du monde
2011, 2015 Daegu, Pékin
Elijah Manangoï 23 ans 1500m Argent 2015 Pékin
Eunice SUm   800m Or
 
2015 Diamond League, Shanghai
Ezekiel Kemboi 34 ans 3000m Steeple Or JO (2004,  2012)
IAAF (2009, 2011, 2013, 2015)
Athènes, Londres, Berlin, Daegu, Moscou, Pékin
Faith Kipyegon 22 ans 1500m Argent 2015 Pékin
Helah Kiprop 31 ans Marathon Argent 2015 Pékin
Hyvin Jepkemoi 24 ans 3000m Steeple Or 2015 Pékin
Jairus Birech 23 ans 3000m Steeple Or 2014, 2016 Diamond League Doha
Julius Yego   javelot Or 2015 Pékin
Nicholas Bett 26 ans 400 haies Or 2015 Pékin
Paul Tanui   10.000m Bronze 2013, 2015 Moscou, Pékin
Vivian Cheruiyot   5000m Or (IAAF), Bronze (JO) 2009, 2011 Berlin, Daegu, Londres
10000m Or (IAAF), Bronze (JO) 2011, 2015 Daegu, Berlin, Londres
 
 
MAROC
 
Athlète Age Discipline (s) Dernière performance Année         Compétition
Abdalaati Iguider
 
29 ans 1500m Bronze 2012, 2015 Londres, Pékin
Abdelkebir Ouaddar 53 ans Equitation Or 2016 Grand Prix du Saint Hermès
Mohamed Rabii 22ans Boxe (poids Welters) Or (Champion du monde) 2015  
 


TUNISIE
 
Athlète Age Discipline (s) Dernière performance Année Compétition
Sarra Besbes
 
27ans Escrime Bronze 2015 Pékin
Oussama Mellouli 32 ans 3000m steeple Argent 2015 Pékin
 
 
Le 06/08/2016 Par Mar Bassine