Fermer

Algérie. Pourquoi donc cette décision algérienne d'annuler tous les stages universitaires au Maroc et en Tunisie?

Mise à jour le 18/11/2019 à 16h42 Publié le 17/11/2019 à 16h34 Par Karim Zeidane

#Politique
recherche scientifique
© Copyright : DR

#Maroc : Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique algérien vient d'annuler tous les stages de courte durée et de mobilité programmés en Tunisie et au Maroc. Les universités algériennes doivent de plus fournir des rapports sur les stages effectués en 2017 et 2018 dans ces pays.

La décision est tombée telle un couperet. L'ensemble des stages universitaires, dits "de courte durée et de mobilité", des étudiants algériens en Tunisie et au Maroc, ont été purement et simplement annulés par le ministère algérien de l'Enseignement supérieur.

Selon le site d'information sputniknews.com, cette décision du ministère algérien de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique prend immédiatement effet et concerne "tous les stages de courte durée et de mobilité programmés pour le Maroc et la Tunisie", le média citant à cet égard le directeur de la coopération et des échanges interuniversitaires de ce même ministère.

En plus de cette annulation, une requête a été envoyée aux présidents des conférences régionales des universités, leur enjoignant de trasmettre, "dans un délai n’excédant pas une semaine, tous les rapports de stages des années 2017 et 2018".

Ces rapports doivent être détaillés, pour avoir une idée sur l’impact réel de ces stages, notamment en ce qui concerne le développement de projets multilatéraux, de publications conjointes dans les revues internationales, explique le ministère algérien pour justifier sa demande. 


LIRE AUSSI: Maroc-Tunisie: Signature d'un accord relatif à la mobilité des universitaires


Le hiatus est le suivant: en toute logique, c'est après la lecture de ces rapports que le ministère algérien de l'Enseignement aurait dû prendre cette décision d’annuler ces stages de coopération universitaire auprès de ces deux pays, voisins immédiats, à l'Est et à l'Ouest, de l'Algérie. 

Alors qu'est-ce qui peut bien motiver cette décision algérienne?

Selon un autre média, algérien, celui-là, observalgérie.com, "un grand nombre de ces stages sont attribués par piston dans les milieux universitaires".

L’annulation de ces stages vise donc, pour le ministère algérien de l'Enseignement supérieur, à éliminer les avantages dont bénéficieraient certains "protégés" du régime en place.

En outre, l’annulation de ces stages est également justifiée par le fait que les bénéficiaires de ces stages ne se rendaient Tunisie et au Maroc que pour y "faire du tourisme".

Le ministère algérien explique également sa décision par le "manque de sérieux", selon ses hauts responsables, dont font preuve les universités et les institutions de formation supérieure marocaines et tunisiennes qui accueillent ces stagiaires venus d'Algérie. 


LIRE AUSSI: Visa Schengen: voici les nouvelles facilitations annoncées au profit de certains pays dont le Maroc et l’Algérie


Seulement voilà: dans ce cas, pourquoi donc vouloir limiter les déplacements des stagiaires algériens à seulement ces deux pays du Maghreb?

Dans tous les cas, cette décision de l'Algérie va porter un sérieux coup aux échanges et aux recherches universitaires trans-maghrébins. 
Le 17/11/2019 Par Karim Zeidane