Fermer

CEA: le Maroc choisi par l'ONU pour 2019

Mise à jour le 18/05/2018 à 14h03 Publié le 17/05/2018 à 12h31 Par Nadia Macauley-Stagiaire

#Politique
Commission économique pour l'Afrique: l'ONU et l'Union africaine écartent le Polisario en 2019
© Copyright : DR

#Maroc : Le Maroc a été unanimement choisi par les ministres africains des Finances en réunion à Addis-Abeba pour organiser la 52e Conférence onusienne en 2019. Une manière de mettre un peu plus à l'écart le Polisario.

L'année dernière à Dakar, on avait assisté à une véritable passe d'armes entre la délégation marocaine et les représentants des rebelles indépendantistes venus jouer les trouble-fêtes lors de la 50e conférence des ministres africains des Finances sous l'égide de la Commission économique pour l'Afrique. Finalement, c'est sous la bannière de l'Algérie qu'ils avaient fini par assister à la réunion. L'année prochaine, les éléments du Polisario n'auront pas la possibilité d'imposer leur présence puisque l'ONU a choisi le Maroc pour abriter la 52e édition. 

Mohamed Boussaid, ministre marocain de l’Economie et des finances, a proposé lors de la réunion au siège de la Commission à Addis-Abeba, qui s’est tenue du 11 au 15 mai, d’abriter la prochaine conférence au Maroc. Les ministres africains des Finances ont unanimement ovationné et accepté la proposition de leur homologue.


>>>LIRE AUSSI: Union africaine-CEA: après l'incident de Dakar, le Soudanais débarqué et Vera Songwe nommée

Le choix d’organiser cette conférence au Maroc n’est pas anodin. Il témoigne de la confiance que placent les Etats africains et la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA) dans le Royaume sous le leadership du Mohammed VI, analyse le ministre marocain des Finances.

La décision d’organiser la 52e conférence au Maroc, en 2019, a été largement acclamée au terme des délibérations. La 51e conférence a quant à elle été couronnée par une déclaration ministérielle reconnaissant le potentiel que représente la zone de libre-échange africaine pour faire progresser l’industrialisation, la diversification économique et le développement, afin de promouvoir la prospérité du continent.


Le 17/05/2018 Par Nadia Macauley-Stagiaire