Fermer

Officiel: l'organisation de la CAN 2019 retirée au Cameroun

Mise à jour le 30/11/2018 à 17h43 Publié le 30/11/2018 à 17h13 Par Kofi Gabriel

#Sports
CAN 2019 CAF
© Copyright : DR

#Maroc : C'est désormais officiel, le comité exécutif de la CAF, réuni ce vendredi à Accra (Ghana), a retiré l’organisation de la CAN 2019 au Cameroun en raison des retards dans la réalisation des infrastructures. Le Maroc et l'Afrique du Sud sont en pole positions pour organiser cette compétition.

Le comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF), réuni ce vendredi à Accra, au Ghana, a décidé de retirer le Cameroun de l'organisation de la Coupe d'Afrique des Nations de 2019.

Cette décision a été prise après l'examen du compte rendu des deux dernières visites d’inspection, lors d'une réunion du comité exécutif de l’organisation africaine.

Selon le Comité exécutif, les inspecteurs de la CAF ont effectué récemment une inspection sécuritaire et une inspection des infrastructures, stades et hébergements, qui ont démontré l'incapacité du pays à accueillir la CAN prévue l'été prochain avec 24 équipes engagées au lieu de 16.


LIRE AUSSI: Football. Joueur africain 2018: voici la liste des 34 sélectionnés par la CAF


En clair, la CAF n'est pas rassurée par l’état d’avancement des travaux ni par la situation sécuritaire dans les régions anglophones ainsi que celles que menace les terroristes de Boko Haram.

Après cette décision de retrait de l’organisation de la compétition au Cameroun, la CAF ouvre la porte aux candidatures de pays souhaitant l'accueillir, a indiqué à la presse le président de la CAF, Ahmad Ahmad.

La CAF a décidé d'accorder un délai de 21 jours aux pays désireux d'organiser la prochaine CAN.

Plusieurs journalistes présents sur place ont déjà relayé l'information sur les réseaux sociaux en précisant que le Maroc et l’Afrique du Sud se sont portés candidats pour remplacer, au pied levé, le pays des Lions Indomptables et accueillir la compétition, qui doit se dérouler du 15 juin au 13 juillet 2019.
Le 30/11/2018 Par Kofi Gabriel

à lire aussi