Fermer

Maroc-CEDEAO: Après Dakar, Amadeus et la CGEM mettent le cap sur Abidjan

Publié le 11/04/2018 à 22h02 Par Ismail Traoré

#Economie
Maroc-CEDEAO: Après Dakar, Amadeus et la CGEM font cap sur Abidjan
© Copyright : DR

#Maroc : Trois semaines après Dakar, l'Institut Amadeus et la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) posent leurs valises à Abidjan, le temps d'une journée d'échanges avec les acteurs ivoiriens de l'économie au sujet de l'adhésion du Maroc à la CEDEAO.

Le 20 avril courant, Abidjan accueille des acteurs marocains et ivoiriens autour qui plancheront sur l'élargissement de la CEDEAO à de nouveaux membres ou de l'approfondissement des relations entre les 15 pays et leurs partenaires africains, notamment le Maroc. En effet, les participants à cette conférence auront à débattre autour du thème: «Le Maroc dans la CEDEAO: élargissement ou approfondissement?», affirme une source au sein d'Amadeus.

Comme à Dakar, il y a une dizaine de jours, la réflexion se fera à l'initiative du think tank marocain, l'Institut Amadeus, en partenariat avec la CGEM. Cette fois, le partenaire local est le Centre ivoirien de recherches économiques et sociales (CIRES).


>>>LIRE AUSSI: Vidéo. Dakar: création du Comité maroco-sénégalais pour l'adhésion du Maroc à la CEDEAO


«La Côte d’Ivoire s’est récemment imposée comme la première destination des investissements marocains en Afrique», explique Brahim Fassi Fihri, président fondateur de l’Institut Amadeus. «De plus, c'est est un pays pivot de la sous-région Afrique de l’Ouest et l’un des moteurs de l’intégration régionale. Il nous a semblé naturel et nécessaire d’aller à l’écoute des forces vives de ce pays au moment où le Maroc prépare son adhésion à la CEDEAO», a-t-il dit dans un communiqué parvenu à le360afrique.

L’objectif de la conférence d’Abidjan est de réunir responsables politiques, opérateurs économiques, universitaires et acteurs de la société civile ivoiriens et marocains dans le cadre d’une écoute respective et attentive, et d’un dialogue franc et ouvert. Cette démarche a été confortée par la forte présence et la qualité des échanges lors de la première conférence de Dakar, laquelle a rassemblé une quarantaine de décideurs et d’experts des deux pays et a permis la création d’un Comité conjoint et paritaire sénégalo-marocain de suivi de l’adhésion du Maroc à la CEDEAO.

Cette deuxième étape des conférences explicatives autour de l’adhésion du Maroc à la CEDEAO vise donc à approfondir le débat tout en l’élargissant. Ses travaux permettront une meilleure connaissance des enjeux et des positions, de part et d’autre.
Le 11/04/2018 Par Ismail Traoré