Fermer

Union africaine: la réforme de l'institution panafricaine au menu

Publié le 17/11/2018 à 17h23 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Union africaine

Le siège de l'Union africaine à Addis-Abeba.

#Maroc : Un sommet extradordinaire de l'Union africaine (UA) s'est ouvert samedi à Addis Abeba sous le signe d'une difficile réforme institutionnelle poussée par son président en exercice, le président rwandais Paul Kagame.

"Notre objectif est simple: renforcer l'Afrique et donner à nos peuples l'avenir qu'ils méritent", a affirmé le président rwandais à l'ouverture de ce sommet rassemblant les 55 Etats membres de l'organisation panafricaine.

"Les évènements dans notre continent et dans le monde confirment la nécessité et l'urgence de ce projet", a ajouté Kagame dont le mandat d'un an à la tête de l'UA expire en janvier.

L'UA avait chargé en 2016 le leader rwandais de préparer cette réforme destinée à rendre l'UA plus efficace et moins dépendante de ses sponsors internationaux.


LIRE AUSSI: Union Africaine: la réforme institutionnelle et la taxe Kagamé bloquent toujours


Ce sommet de deux jours, selon les observateurs, est la dernière chance pour Kagame de faire adopter des mesures fortes, avant qu'il ne passe le relais au président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, moins enclin aux réformes.

Kagame a cherché à tailler dans les dépenses de l'UA, en limitant le nombre de sommets et de commissions, et à réduire sa dépendance à l'égard des donateurs étrangers. Il a aussi suggéré qu'elle circonscrive ses priorités à la sécurité, la politique et l'intégration économique.


LIRE AUSSI: Union africaine: les enjeux du sommet extraordinaire de novembre à Addis-Abeba


Mais plus de deux ans et cinq sommets après, plusieurs Etats clés sont toujours extrêmement réticents et l'espoir de voir un accord global être conclu cette semaine dépend surtout des négociations du sommet d'Addis Abeba.
Le 17/11/2018 Par Le360 Afrique - Afp