Fermer

Michel Dussuyer: «Le Maroc est très dangereux»

Mise à jour le 03/11/2016 à 18h42 Publié le 03/11/2016 à 18h39 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

#Sports
les Eléphants
© Copyright : DR

#Maroc : Le principal avantage du Maroc? C’est son attaque. Conscient de ce «principal atout» des Lions de l'Atlas, l’entraineur ivoirien a donné comme mot d’ordre à ses poulains: priver tant que possible les Marocains de ballons.

La Côte d’Ivoire à des soucis à se faire et Michel Dussuyer, le sélectionneur des Eléphants de Côte d’Ivoire, ne le cache pas face à «l’armada offensif du Maroc». La solution? Empêcher les joueurs marocains de «tourner en rond», voilà ce que le coach ivoirien déclare.

«Je connais bien cette équipe du Maroc. C’est une équipe qui a de très belles individualités avec de la technicité. C’est une armada offensive très intéressante avec beaucoup de vivacité» a-t-il confié à la presse ivoirienne en présentant, le 31 octobre dernier, sa liste de 24 joueurs, même s’il reconnaît qu’Hervé Renard a bien une longueur d’avance.

Et l’entraîneur de citer M’Bark Boussouffa, Younès Belhanda et Soufiane Boufal: «avec ces joueurs qui font actuellement d’excellentes choses dans leurs clubs, le Maroc est très dangereux devant. La division offensive est d’ailleurs l’atout de l’équipe (…)». «Ce qu’il nous reste à faire, a-t-il insisté, c’est d’empêcher ces joueurs d’évoluer; il faut les priver tant que possible de ballons si nous ne voulons pas nous mettre dans une situation délicate».

Les Eléphants qui sont abonnés à la Coupe du monde depuis leur première participation en 2006, ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin.

Le regroupement de l’équipe se fera lundi 7 novembre 2016, à Malaga, en Espagne. L’arrivée à Marrakech est prévue jeudi 10 novembre 2016 et une reconnaissance du terrain aura lieu, vendredi 11 novembre 2016, avant le match du samedi 12 novembre.

Les Ivoiriens disputeront ensuite un match amical avec la France, le lendemain, soit le 15 novembre.
Le 03/11/2016 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet