Fermer

Vidéo. Maroc-Mali: les constantes religieuses communes aux deux pays

Mise à jour le 08/06/2018 à 11h46 Publié le 08/06/2018 à 11h41 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté

#Culture
Conférence-débats sur les constantes religieuses au Maroc et au Mali
© Copyright : le360: Diemba Moussa Konaté

#Maroc : L'ambassade du Maroc au Mali, soucieuse de participer au développement d'un islam tolérant dans le Sahel, a convié un éminent docteur en théologie pour animer une conférence sur les constantes religieuses partagées par les deux pays. Compte rendu en images.


L’ambassade du Royaume du Maroc à Bamako a organisé ce mardi 5 juin, une conférence-débat sur le thème: «Les constantes religieuses communes au Maroc et au Mali et leurs rôles dans la réalisation de la paix spirituelle et sociale». Cet événement s'est déroulé à l’Aïco Azalaï de l'Amitié dans la capitale malienne. Plusieurs membres du gouvernement, des chefs religieux, ainsi que des missions consulaires et diplomatiques, mais aussi, les membres de l'association d’amitié avec le Maroc étaient invités à cette conférence suivie d'un repas de rupture de jeûne.

Ce fut l'occasion pour Abdellah El Ouazzani, docteur en théologie, d'exposer ce qui constitue la base de l'islam pratiqué aussi bien au Maroc que dans toute l'Afrique de l'Ouest. L’organisation de cet événement au cours du mois béni de ramadan, célébrait les liens de fraternité multiséculaires entre le Maroc et le Mali.


>>>LIRE AUSSI: Vidéo. Mali: ramadan, l'ONG Al Farouk fait des heureux

Il y a lieu de rappeler que les deux pays entretiennent des liens solides et multiformes depuis bien longtemps. Ces relations ont été nourries et continuent de l’être par toutes sortes d’échanges depuis de nombreux siècles. Des traces archéologiques témoignent de l'ancienneté de ces relations.



On en voudra pour illustration les gravures rupestres retrouvées dans les montagnes de l’Atlas (Maroc) et dans l’Adrar des Ifoghas (nord du Mali) et qui semblent identiques. En outre, des textes écrits en arabe, datant du IXe siècle, attestent eux aussi, du brassage humain entre les deux pays avant l’avènement même de l’Islam.

Avec l’arrivée de l’islam au Mali au XIe siècle par le biais des caravanes commerciales qui reliaient le Mali au Maroc, ces relations se sont intensifiées et ont revêtu des aspects spirituels interactifs à travers les savants, soufis marocains et maliens qui se rencontraient dans l’un ou l’autre des deux pays.


>>>LIRE AUSSI: Vidéo. Mauritanie: une journée de ramadan dans la dévotion

Ils se rendaient mutuellement visite, pour approfondir leurs recherches en sciences islamiques. A Tombouctou par exemple, ville malienne hautement spirituelle, dont une bonne partie de la population conserve toujours des racines et des liens anthropologiques avec le Maroc, les plus fameux manuscrits de Fikh (jurisprudence) et mystiques islamiques sont à 70% d’origine marocaine. Comment évoquer Tombouctou sans parler des érudits comme Ahmed Baba de Tombouctou, Ibn Batouta, Hassan El Ouazzane connu sous le nom de Léon l’Africain? 

De ces relations sont nées les constantes religieuses communes que sont le rite malékite, l’achaârisme en tant que doctrine et le soufisme comme cheminement spirituel. C’est pour revivre cette histoire que l’ambassade du Maroc au Mali a organisé cette conférence-débat sur les constantes religieuses au Maroc et au Mali, mais aussi pour renforcer les relations religieuses et diplomatiques entre les deux pays frères.

Le 08/06/2018 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté