Fermer

Vidéo. Mali: l’Ambassade du Maroc initie des rencontres cinématographiques sur la migration

Mise à jour le 15/12/2018 à 15h28 Publié le 15/12/2018 à 15h04 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté

#Culture
Mali: rencontres cinématographiques sur la migration initiées par l’Ambassade du Maroc
© Copyright : DR

#Maroc : Hier, vendredi 14 décembre, des Journées cinématographiques Maroc-Mali sur le thème «Cinéma et migration» ont débuté à Bamako, à l’initiative de l’ambassade du Maroc. Objectif: montrer que le cinéma est un canal approprié pour sensibiliser la population sur le phénomène de la migration irrégulière.

Bamako, la capitale malienne, abrite depuis vendredi 14 décembre les "Journées cinématographiques Maroc-Mali".

Ayant pour thématique «Cinéma et migration», celles-ci sont placées sous la haute présidence de l’épouse du chef de l’Etat malien, Keita Aminata Maïga.

Ces journées de projections de films et de doucumentaires vont permettre de mieux cerner une question d’une grande importance. Les regards croisés proposés, ayant tous pour thème cette thématique, permettront de mieux la cerner et d’en faire un facteur de développement plutôt qu’une source de crispation.


S’exprimant lors de cette manifestation, l’ambassadeur du Maroc au Mali, Hassan Naciri, a affirmé que cette manifestation initiée par l'ambassade du royaume du Maroc à Bamako s’intègre dans le cadre du renforcement des échanges culturels consacrés par l’histoire commune liant les deux pays.

Six films sont au programme dont «Regret», un film du cinéaste malien Oumar Almahmoud Maïga, qui raconte l’aventure de 17 jeunes africains dont l’aventure est vite devenue, comme pour des milliers d’autres migrants, une mésaventure cauchemardesque. Il y a aussi «Tambours de feu» du cinéaste marocain Souhaïl Ben Barka qui raconte l’histoire du sultan Abdelmalek de la dynastie Saadi, exilé par ses propres frères de son royaume.


LIRE AUSSI: Algérie. Migration: "Marche ou crève", l'enquête d'Associated Press qui accable Alger


Cette rencontre a également été l’occasion pour des cinéastes maliens de rencontrer la Première dame du Mali et de lui exposer des idées concernant l'évolution et la préservation du cinéma malien.

Ils ont ainsi sollicité son soutien pour la mise en place d'un processus de numérisation des archives du cinéma malien, vieux de 59 ans.

Sur ce plan, le Mali souhaite s’inspirer de l’exemple marocain de numérisation des archives.
Le 15/12/2018 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté