Fermer

Mauritanie: le discours de Mohammed VI à Dakar abondamment commenté à Nouakchott

Publié le 07/11/2016 à 19h06 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Politique
discours du roi
© Copyright : DR

#Maroc : Les intellectuels mauritaniens, issus de divers segments de la société, ont abondamment commenté, ce lundi, le message à la nation du roi Mohammed VI, prononcé depuis Dakar, à l’occasion de la célébration du 41e anniversaire de la Marche verte, marquant le retour des provinces sahariennes au Maroc.

Au-delà de l’analyse symbolique des rapports séculaires entre Dakar et Rabat, les Mauritaniens insistent cette fois sur la quintessence du discours royal.

Mohamed Moctar Ould Mohamed Vall, directeur de publication du site d’informations en ligne «El Nahar», retient que le ton de l’allocution a été dominé par le retour du Maroc au sein de l’Union Africaine (UA) «qui apparait comme une nécessité. Car, comme le disait Hassan II, le Maroc est un arbre dont les racines sont profondément plongées dans la terre de l’Afrique subsaharienne. Une réalité historique tirée d’une dimension religieuse (avec la confrérie Tijania) et culturelle. Les souverains marocains, commandeurs des croyants, ont toujours entretenu des rapports étroits et multiples avec le Sud. La présence marocaine en Afrique intègre et épouse la personnalité et la culture des peuples, bien au-delà de la logique géostratégique, politique et diplomatique. En plus, une partie de la population du royaume a des racines au Sud».

Pour sa part, Ba Aliou Coulibaly, coordinateur de la «Coalition nationale publiez ce que vous payez», donne le Maroc en exemple «pour sa diplomatie et son économie tournées vers l’Afrique subsaharienne». Il invite la Mauritanie «à s’inspirer de cet exemple», estimant notamment que le retour du royaume à l’organisation continentale est une nécessité à la fois pour l’Union africaine, ses Etats membres et le royaume. Cette exigence relève d’une dimension à la fois historique, géostratégique, religieuse, diplomatique et culturelle».

Quant à Me Mine Ould Abdallah, avocat au barreau de Nouakchott et président de la «Coalition publiez ce que vous payez», il relève que le choix du lieu de délivrance du message, Dakar, «n’est pas fortuit. Par ailleurs, dans le timing, le souverain a prononcé cette allocution à la fin d’une tournée au Rwanda et en Tanzanie. Jadis favorables aux thèses du Polisario, la position diplomatique de ces pays semble avoir fortement évolué au point d’épouser l’intégrité territoriale du Maroc. Ainsi, grâce à la force de la diplomatie économique et des investissements dans tous les domaines: banques, assurances, télécommunications, transport aérien... le royaume a progressivement encerclé le vieux rival algérien, resté dans la diplomatie désuète de la rente pétrolière».

Le 07/11/2016 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya