Fermer

Vidéo.Mauritanie: les Marocains de Nouakchott en liesse à l'occasion de la Fête du Trône

Mise à jour le 31/07/2019 à 19h07 Publié le 31/07/2019 à 19h04 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Culture
Mauritanie: les Marocains de Nouakchott en liesse à l'occasion de la Fête du Trône
© Copyright : DR

#Maroc : l'Association de solidarité des ressortissants marocains de Nouakchott a organisé une soirée musicale au profit de la communauté marocaine à l'occasion de la fête du trône. Ambiance.

Dans une démarche anticipative, l’Association de solidarité des ressortissants marocains de Nouakchott, a choisi la veille de la célébration du 20e anniversaire de la fête du trône, pour organiser une soirée musicale à l’intention de toute la communauté marocaine, autour d’un somptueux dîner, dans les locaux du Centre culturel marocain (CCM) de Nouakchott.

La manifestation s’est déroulée en présence de l’ambassadeur du Maroc, Hamid Chabar, de nombreux ressortissants du royaume vivant à Nouakchott et des invités mauritaniens.


Une soirée animée par la célèbre diva mauritanienne Loubaba mint Ahmedou ould El Meidah et son époux syrien Imad Eddine Eddebech, ainsi que le groupe de Mohamed Aouba, un ressortissant marocain de Nouakchott, dont l’ensemble est appelé «Orchestre Ouaba». Ce groupe joue de la musique traditionnelle du royaume et puise parfois dans le répertoire local pour une plus grande ouverture.


Sidi Said El Jaouhari, directeur du Centre culturel marocain (CCM) de Nouakchott, explique le sens et la portée de la soirée.


LIRE AUSSI: Vidéo. Mauritanie: à l'occasion de la fête du Trône, l’ambassadeur du Maroc plaide pour un partenariat stratégique


Pour sa part, Mohamed Ouaba, ressortissant marocain, chef d’orchestre, présente son groupe et évoque une intégration réussie dans la vie sociale et culturelle du pays d’accueil.

Enfin, Liksir Rachid, médecin marocain, apprécie l’ambiance de fête et salue les retrouvailles au sein de la communauté marocaine de Nouakchott, en prélude à la grande fête du lendemain.
Le 31/07/2019 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya