Fermer

Mauritanie. Sommet de l'UA: la présence du président français confirmée

Publié le 24/05/2018 à 12h31 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Politique
Macron et Aziz

Mohamed ould Abdel Aziz, président de la Mauritanie, et Emmanuel Macron, président de la France.

© Copyright : DR

#Maroc : Le président français Emmanuel Macron a confirmé, mercredi 23 mai courant, sa présence au prochain sommet de l'Union africaine (UA), prévu à Nouakchott dans quelques semaines.

Annoncée depuis quelques mois, la visite en Mauritanie du président français, Emmanuel Macron, aura finalement lieu au mois de juillet prochain, à l’occasion du sommet de l’Union africaine (UA) prévu à Nouakchott.

Le chef de l’Etat français a confirmé sa présence à la grande réunion panafricaine, qui sera pour la première fois abritée par la Mauritanie, mercredi 23 mai courant, en marge d’une rencontre avec le président du Rwanda et président en exercice de l’Union africaine, Paul Kagamé.

«Je me rendrai dans quelques semaines à Nouakchott au sommet de l’Union africaine (UA)» a déclaré Emmanuel Macron, au terme d’un entretien avec le chef de l’Etat rwandais et président en exercice de l’UA, invité à l’Elysée pour la première fois depuis 2011.


LIRE AUSSI: Union africaine: le président de la Commission de l'UA reçu en audience par Ould Abdel Aziz


Une délégation de l’Union africaine (UA) a séjourné récemment dans la capitale mauritanienne pour évaluer les préparatifs relatifs au sommet.

La prochaine venue du chef de l’Etat français à Nouakchott est perçue dans les cercles officieux, comme «un important succès diplomatique». «Une cerise sur le gâteau» accompagnant l’organisation du sommet de l’UA par la Mauritanie.

Au-delà des questions techniques habituelles, le 31e sommet de l’UA aura à examiner un rapport détaillé sur la question du Sahara, conformément à la décision numéro 653 prise à l’occasion de la 29e conférence des chefs d’Etat et de gouvernement, tenue les 3 et 4 juillet 2017 à Addis-Abeba.        
             
 

Le 24/05/2018 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya