Fermer

Maroc-Mauritanie: les experts des deux pays passent les relations au peigne fin

Mise à jour le 09/12/2018 à 20h53 Publié le 09/12/2018 à 20h50 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Politique
Rencontre académique sur les relations entre le Maroc et la Mauritanie
© Copyright : le360: Cheikh Sidya

#Maroc : Nouakchott a abrité, samedi et dimanche, une rencontre académique de haut niveau sur les relations entre la Mauritanie et le Maroc, mobilisant 10 sommités issues du milieu universitaire des 2 pays.


Nouakchott abrite ce week-end (samedi et dimanche) une rencontre académique de haut niveau sur «les relations mauritano-marocaines, entre l’enracinement historique et les défis de l’avenir: quel modèle pour le partenariat?».

Au-delà du cercle restreint des décideurs politiques et des diplomates, cette manifestation vise à impliquer les milieux académiques et toute la société civile des 2 pays  dans le débat visant à tracer le chemin du partenariat entre Nouakchott et Rabat, à la lumière des nouveaux enjeux géopolitiques régionaux.




Cela, conformément aux rapports entre les deux pays, façonnés par la géographie, l’histoire, le sang, la religion  et la culture.

Le Dr Khalid Chegraoui, professeur chercheur en histoire et anthropologue politique, à l'Institut des études africaines de Rabat, explique parfaitement ces enjeux.

Démarche  identique chez Yahya ould Ahmed Waghef, professeur d’économie, député, ancien Premier ministre, qui exhorte la Mauritanie à tirer  pleinement profit de sa situation géographique d’Etat appartenant à la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest et au Maghreb. Un statut à partir duquel Nouakchott doit construire une relation de partenariat solide et multidimensionnel avec Rabat.

Mohamed Saleck ould Salem, président du Centre mauritanien pour le développement et le futur (CMDF) salue l’organisation de cette rencontre académique, encourage les deux pays et les segments de la société à exploiter pleinement  toutes les opportunités pour construire un partenariat de plus en plus solide.

Le 09/12/2018 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya