Fermer
#Société

Vidéo. Mauritanie: les boycotteurs décidés à couler la filiale de Maroc Telecom

Mise à jour le 11/06/2018 à 17h05 Publié le 11/06/2018 à 16h51 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Maroc : Le boycott de Mauritel, filiale de Maroc Telecom, se poursuit et s'intensifie en Mauritanie. Les initiateurs de l'opération ne comptent pas lâcher prise et mobilisent de plus en plus sous le slogan «Laissez-la tomber en faillite», dénonçant ainsi la mauvaise qualité des services de l'opérateur.

La Mauritel Mobile, opérateur historique des télécommunications en Mauritanie et filiale de Maroc Telecom, fait l’objet depuis quelques semaines, d’une campagne de boycott sous le slogan «Laissez-la tomber en faillite».

L'opération conduite par de jeunes activistes qui déplorent la qualité de son service voix et internet avait démarré sur les réseaux sociaux. Des affiches placardées dans les lieux publics ont pris le relais. 


LIRE AUSSI: Mauritanie: une campagne de boycott cible la filiale de Maroc Telecom


Des acteurs, initiateurs du mouvement de boycott, des clients et des observateurs livrent leurs avis sur la question face à notre caméra. Ceux qui mènent la campagne expliquent ce ciblage de la Mauritel, un des trois opérateurs télécoms du pays, par le fait qu’il s’agit du plus grand opérateur de téléphonie mobile, avec le plus grand nombre d’abonnés. En tant qu'opérateur historique, elle devrait, selon eux, donner l'exemple en fournissant des services et des produits de qualité.

En Mauritanie opèrent, à côté de Mauritel, la Mauritano-Tunisienne des télécommunications (Mattel) appartenant à Tunisie Télécom associée à des privés mauritaniens, et Chinguitel du groupe Expresso, une filiale de l'opérateur soudanais «Sudatel».
Le 11/06/2018 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya