Fermer

Rétro 2017. Sport: et le Cameroun a mis tout le monde «dans la sauce»

Mise à jour le 24/12/2017 à 11h14 Publié le 24/12/2017 à 11h12 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

#Sports
Lions indomptables
© Copyright : DR

#Maroc : Quinze ans après leur dernier sacre, les Lions indomptables ont brandi le trophée de la Coupe d'Afrique des nations (CAN). Une performance qu’ils n’ont pas su rééditer à la Coupe des confédérations, ni aux éliminatoires pour le Mondial 2018.

Leur timide entame (une seule victoire et deux nuls dans la phase des groupes) dans la compétition ne les classait pas parmi les favoris. Composé d’un effectif sans stars, rajeuni en prévision de l’édition 2019 organisée à domicile, l’équipe camerounaise, par ailleurs amputée de plusieurs cadres, a gagné en confiance au fur et à mesure qu’elle évoluait dans la compétition.

Après une laborieuse victoire arrachée au Sénégal (aux tirs au but), Benjamin Moukandjo et ses coéquipiers se sont défait du Ghana pour finalement mettre l’Egypte –elle aussi en quête de son glorieux passé– «dans la sauce». L’expression inspirée par leur compatriote Kien Rennise Nde a été celle de la fête. Des supporters au président Paul Biya, tout le monde l’a employé. Sauf qu’à la Coupe des Confédération, ce sont les Lions qui ont été mis à la sauce. Battue par le Chili et l’Allemagne, l’équipe d’Hugo Broos, qui représentait  l’Afrique en Russie, a fait match nul avec l’Australie. Sortant ainsi de la compétition sans aucune victoire.

>>>LIRE AUSSI: CAN 2017: le Cameroun sacré champion pour la 5e fois


 

Les Lions indomptables ne feront pas mieux au compte des éliminatoires de la Coupe du monde 2018. Ils n’ont pas su prendre de ticket dans leur groupe composé du Nigeria (qualifié), de la Zambie et de l’Algérie. La faute à qui ? C’est l’entraîneur qui a été viré. Quant à la nouvelle génération de Lions incarnée par le gardien Fabrice Ondoa ou le milieu offensif Christian Bassogog (21 ans), elle va devoir se préparer pour confirmer en 2019.
Le 24/12/2017 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

à lire aussi