Fermer

Maroc-Sénégal: mise en place d’un fonds de garantie pour la petite agriculture

Publié le 07/11/2016 à 19h54 Par Moussa Diop

#Economie
agriculture sénégalaise
© Copyright : DR

#Maroc : La Banque centrale populaire (BCP), le Crédit agricole du Maroc (CAM) et la Fondation Mohammed VI pour le développement durable vont initier un Fonds de garantie pour soutenir la petite agriculture sénégalaise. Les trois partenaires vont apporter 4 millions d’euros à ce fonds.

Le partenariat multidimensionnel entre le Maroc et le Sénégal se consolide de jour en jour. Ainsi, en marge de la visite en cours du roi Mohammed VI au Sénégal, la Banque centrale populaire (BCP) et le Crédit agricole du Maroc ont signé ce lundi 07 novembre 2016 une convention de partenariat visant la mise en place d’un dispositif de financement et d’accompagnement en faveur de la petite agriculture et du milieu rural au Sénégal. Plus concrètement, les deux banques, en partenariat avec la Fondation Mohammed VI pour le développement durable, vont mettre en place un fonds de garantie.

Les deux banques marocaines vont apporter chacune 1,5 million d’euros à ce fonds auquel s’ajoutera un apport de 1 million d’euros de la Fondation Mohammed VI.

Ce fonds de garantie a pour objectif de faciliter le financement et l’appui technique aux petits agriculteurs et le développement des activités génératrices de revenus. Autant de mesures qui vont contribuer à un développement équilibré et inclusif de la petite agriculture et du monde rural au Sénégal.

Outre la mise en place de ce fonds, la BCP déploie actuellement au Sénégal sa filiale dédiée à la microfinance, Atlantic micro-finance for Africa (AMIFA Sénégal). C’est celle-ci qui se chargera du développement des activités génératrices de revenus alors que le CAM, partenaire traditionnel du monde rural au Maroc, jouissant d’une longue expérience dans le développement de la petite agriculture, apportera son expertise aux petits agriculteurs sénégalais en développant une offre-produit touchant à la fois la production et la commercialisation.
Le 07/11/2016 Par Moussa Diop