Fermer
#Politique

Vidéo. Niasse, le président du Parlement sénégalais parle de Hassan II, du Maroc et de la CEDEAO

Mise à jour le 04/04/2017 à 14h59 Publié le 04/04/2017 à 14h14 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Maroc : Le président du Parlement sénégalais est un haut fonctionnaire de l'Etat depuis 40 ans. Hier, alors qu'il donnait une conférence de presse dans une salle où trône une photo le montrant avec Mohammed VI, il a été interpellé par les journalistes concernant la demande du royaume d'intégrer la CEDEAO.

Moustapha Niasse est un haut fonctionnaire de l'Etat sénégalais qui a toujours occupé des postes de premier plan dans les gouvernements successifs du pays de la Teranga et ce, depuis les années 1970. En effet, il a été ministre des Affaires étrangères de 1978 à 1984 avant de réoccuper le poste de 1993 à 1995. Il est actuellement le président du Parlement sénégalais, et ce depuis juillet 2012. Il est donc, dans la hiérarchie protocolaire, le deuxième personnage de l'Etat sénégalais.


LIRE AUSSI: CEDEAO: quelles sont les chances du Maroc pour intégrer l'organisation ouest-africaine?

Hier lundi 3 avril 2017, il recevait la presse à la veille du 57e anniversaire de l'indépendance du Sénégal. Moustapha Niasse n'a pas échappé à la question concernant la demande du Maroc d'intégrer la CEDEAO. L'assistance ne s'attendait pas à sa réaction. Car c'est avec beaucoup d'émotion dans la voix qu'il a répondu.

Evidemment, il y a certaines émotions qui ne s'expriment que dans sa langue maternelle. Et Moustapha Niasse qui tenait sa conférence de presse en français est aussitôt passé,au Ouolof. "Nguiss Nga foto bi?", demanda-t-il (Vois-tu cette photo-là). "Qui y a-t-il dessus?", a-t-il poursuivi. "Le roi du Maroc", lui a rétorqué un journaliste dans l'assistance. "Personnellement, en tant que citoyen sénégalais, je suis ami du Maroc". Mustapha Niasse a ensuite régalé l'assistance avec plusieurs anecdotes sur son amitié avec le roi Hassan II d'abord, Mohammed VI ensuite. L'homme évoque les dates avec une précision d'orfèvre. 
Le 04/04/2017 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

à lire aussi