Fermer

Qatar-2022: quelles chances de qualification aux huitièmes de finale pour les équipes africaines?

Mise à jour le 02/04/2022 à 13h28 Publié le 02/04/2022 à 13h27 Par Moussa Diop

#Sports
Coupe du Monde
© Copyright : DR

#Maroc : Globalement, certains pays africains ont tous les atouts pour passer le premier tour et même aller plus loin. Toutefois, la méfiance reste de mise après la déculottée de 2018 en Russie suite à l’élimination des 5 représentants africains au premier tour.

Le Qatar a abrité, vendredi 1er avril, la cérémonie du tirage au sort du Mondial 2022 qui débutera dans 232 jours exactement et qui se déroulera du 21 novembre au 18 décembre. Si globalement il n’y a pas de grandes affiches au premier tour, hormis Espagne-Allemagne, pour certains pays africains, passer ce premier tour s’annonce difficile, mais pas impossible.

Et si lors de la Coupe du monde de 2018 en Russie, aucune équipe africaine n’avait franchi le premier tour, une première depuis 1982, cette fois-ci il y a de fortes raisons à ce que le continent ait des représentants au 8e de finale.

Parmi les 5 représentants africain du Mondial qatari, trois étaient déjà présents lors de la précédente édition: Maroc, Sénégal et Tunisie.

Il s’agit d’équipes composées pour l’essentiel de joueurs qui ont l’expérience d’une coupe du monde et qui seront motivés pour passer le cap des groupes. Pour cela, il faut une bonne préparation durant les 8 mois qui nous séparent du Mondial qatari et ne pas être lésés par l’arbitrage comme ce fut le cas lors du Mondial russe où la VAR expérimentale avait lésé aussi bien le Sénégal face à la Pologne et à la Colombie et le Maroc face au Portugal, dans des matchs décisifs.  

Sénégal: les champions d’Afrique sont dans une poule peu relevée, mais avec le pays organisateur

Le Sénégal, champion d’Afrique en titre, est certainement le pays sur lequel repose le plus d’espoir d’aller loin et même très loin dans cette compétition. D’abord, le tirage lui a offert un groupe globalement à sa portée, à côte des Pays-Bas, du Qatar et de l’Equateur.
D’ailleurs, ce sont les Sénégalais qui vont ouvrir la compétition face aux Pays-Bas. Et gare à un faux pas, sachant que dans cette poule évolue le Qatar, pays organisateur qui peut bénéficier de certaines faveurs, comme d’ailleurs celui de ne pas jouer le match d’ouverture, alors que c’est le pays hôte qui ouvre toujours les hostilités.

Ainsi, les Sénégalais sont avertis. Un échec lors du premier match peut s’avérer fatal. Eux qui ont raté la qualification au second tour du Mondial russe à cause des erreurs d’arbitrage et recalé à cause de la règle du fair-play (6 cartons jaunes contre 4 pour le Japon) alors qu’il avait le même nombre de points et le même goal-average que le Japon.

Pour cette édition, tout en conservant la même ossature (Koulibali, Idrissa Guèye, Ismaïla Sarr, Cheikh Kouyaté et Mané), l’équipe s’est beaucoup renforcée avec de bons joueurs dont l’excellent gardien Mendy, mais aussi des défenseurs (Diallo et Bouna Sarr) et de jeunes attaquants (Boulaye Dia, Bamba Dieng,…). C’est de loin la meilleure équipe africaine.

Toutefois, la faiblesse de l’équipe du Sénégal est qu’elle ne marque pas beaucoup de buts, raison de son élimination en Russie 2018, et il lui manque un bon meneur de jeu et de bons tireurs de coup-francs. Beaucoup de faiblesses que l’entraineur doit solutionner d’ici 8 mois et exploiter le fort potentiel exceptionnel de cette équipe qui peut aller très loin. Le président sénégalais Macky Sall a fixé l’objectif à atteindre: au moins la demi-finale de la Coupe du monde.


Maroc : groupe difficile avec un demi-finaliste et un finaliste de la dernière Coupe du Monde

De tous les pays africains qualifiés, le Maroc est certainement celui qui hérite de la poule la plus difficile, sinon de deux adversaires coriaces: la Belgique et la Croatie. Le Canada complète le groupe. C’est dire que la partie ne sera pas facile pour le Maroc. D’ailleurs, l’entraineur des Lions de l’Atlas du Maroc, Vahid Halilhodzic, n’a pas manqué de souligner que «c’est un tirage très difficile», mais il rêve d’un «exploit» contre Romelu Lukaku et Luka Modric.

Il faut reconnaître que le Maroc joue bien face aux grandes équipes européennes. En 2018, en Russie, il avait tenu en échec l’Espagne (2-2) et avait perdu face au Portugal (0-1), à cause d’un arbitrage polémique.

L’équipe a aussi gagné en maturité et entame une seconde édition consécutive de Coupe du monde en gardant plusieurs éléments clés: Bounou, Hakimi, Saïss, Fajr, Amrabat, El Kaabi, En-Nesyri,… L’incorporation de nouveaux joueurs semble aussi bien fonctionner. Toutefois, elle gagnerait en qualité avec le retour de Ziyech.

Ce sera difficile pour le Maroc, mais l’équipe a toutes ses chances de passer au second tour, à condition qu’elle fasse une très bonne préparation avec des "spare parts" de qualité.

Cameroun : faire chuter le Brésil, le rêve de toutes les équipes africaines

Après l’Argentine de Diego Maradona en 1990, le Cameroun fera-t-il chuter le Brésil qui n’a jamais perdu face à une équipe africaine? C’est désormais le rêve des coéquipiers de Vincent Aboubakar, le capitaine des Lions Indomptables, première équipe africaine à atteindre les quarts de finale d’un Mondial.

Pour sortir de ce groupe, outre le Brésil, les Camerounais doivent se méfier de la Serbie qui avait devancé le Portugal lors des qualifications et de la Suisse qui a écarté l’Italie dans son groupe. C’est dire que la tâche ne sera pas facile pour les Camerounais qualifiés de justesse lors des dernières secondes d’un match barrage face à l’Algérie.

«Impossible n’étant pas camerounais», les Lions indomptables peuvent sortir de ce groupe relativement relevés, derrière le Brésil, surtout s’ils arrivent à se renforcer avec le retour de certains joueurs au sein de la tanière comme Joël Matip de Liverpool.

Entrainée depuis début mars par Rigobert Song, l’équipe camerounaise compte en son sein des joueurs expérimentés dont Onana, Vincent Aboubacar, Ngadeu, Ngamaleu, Anguissa, Choupo-Moting, Toko Ekambi,…


Ghana : les Blacks Star vont retrouver l’Uruguay qui les avait privé de la demi-finale de la Coupe du Monde en Afrique du Sud

Les Black Stars ne sont plus flamboyants, mais l’équipe est accrocheuse. Elle en aura besoin face au Portugal de Cristiano Ronaldo, à l’Uruguay et à la Corée du Sud.

Décevant lors de la dernière Coupe d’Afrique des Nations au Cameroun, les Black Stars ont réussi l’exploit d’éliminer le Nigeria, pourtant favori de la double confrontation des matchs de barrages.

Les ghanéens auront aussi l’occasion de prendre leur revanche face à l’Uruguay qui les avait privés d’une demi-finale d’une coupe du monde en 2010 en Afrique du Sud lorsque Luis Suarez avait empêché un but de la main à la fin du match. Un pénalty que les ghanéens avaient raté. Toutefois, cette équipe ghanéenne est d’un cran largement au-dessous de celle de 2010.
C’est dire que sa qualification au 8e des finales de la Coupe du monde sera une surprise.

Tunisie: le plaisir de jouer le champion du monde,…

La Tunisie s’est retrouvée dans le Groupe D, à côté de la France, champion du monde en titre, avec le Danemark, demi-finaliste du dernier Euro, et un barragiste (Pérou, Emirats arabes unis ou Australie.

Pour sa 6e participation à une Coupe du monde, la tâche s’annonce compliquée pour les deux premières places du groupe, surtout que l’équipe tunisienne est loin d’être convaincante, aussi bien lors de la dernière CAN au Cameroun que lors du double match des barrages face au Mali. Toutes les aventures tunisiennes en Coupe du monde sont terminées dès le premier tour.

Toutefois, Selon le capitaine des Aigles de Carthage, Khazri, «la France est largement favorite. Les autres adversaires sont des équipes à notre portée. Il peut se passer beaucoup de choses. J’ai confiance en notre équipe. On est capable de faire de belles choses». En clair, si la France paraît intouchable, la Tunisie a une carte à jouer dans ce groupe, même si le Danemark n’est pas une équipe facile à jouer.
Le 02/04/2022 Par Moussa Diop