Fermer

Banques & assurances: une présence marocaine dans 32 pays africains

Publié le 06/11/2016 à 11h32 Par Moussa Diop

#Economie
banques marocaines
© Copyright : DR

#Maroc : L’avènement du roi Mohammed VI a impulsé l’internationalisation des banques et compagnies d’assurances marocaines en Afrique. Aujourd’hui, elles sont présentes dans 32 pays et le mouvement d’implantation pourrait connaître une nouvelle phase avec l’ouverture du Maroc à d’autres régions du continent.

Si les premières implantations des banques marocaines en Afrique remontent aux années quatre-vingt, avec les filiales de la Banque populaire en Centrafrique et en Guinée, dictées surtout par des considérations politiques, c’est surtout sous le règne du roi Mohammed VI que le mouvement d’internationalisation des banques et compagnies d’assurances est devenu une réalité.

Dans le sillage de la volonté du souverain marocain de tisser des partenariats économiques gagnant-gagnant avec le continent et les multiples voyages effectués par le souverain marocain dans de nombreux pays du continent, en accordant une attention particulière à la diplomatie économique, les banques marocaines se sont engagées résolument sur la voie du développement sur le continent. Au préalable, elles se sont constituées en «Champions nationaux solides» suite aux mouvements de restructuration qui ont permis la constitution de banques solides et performantes.

banques & assurance
© Copyright : DR

Présence des banques et autres entreprises marocaines en Afrique




Cette étape franchie, les trois grandes banques marocaines -Attijariwafa bank, Banque centrale populaire et BMCE Bank of Africa- se sont engagées dans une course effrénée à la conquête du continent en privilégiant l’Afrique francophone comme destination, pour des raisons liées notamment aux excellentes relations liant le Maroc aux pays d’Afrique de l’ouest et centrale.

45 filiales bancaires

Si les trois groupes ont adopté des stratégies différentes, Attijariwafa bank axant sa stratégie sur les prises de participation majoritaires dès le départ ou des créations de filiales, alors que BMCE Bank of Africa a opté pour des prises de participations non majoritaire avant de monter en puissance dans les tours de table, avec le même cas de figure pour le groupe Banque populaire, la finalité a été la même : contrôler les filiales africaines et assurer leur gestion afin de dupliquer les modèles qui les ont permis de devenir des banques leaders et solides au Maroc face aux filiales des banques françaises.

Le succès des premières implantations et la restructuration réussie de banques en difficulté ont facilité le succès des banques marocaines sur le continent. Pour accélérer leur déploiement sur le continent, les trois banques marocaines ont mis en place des locomotives de développement -CBAO pour Atijariwafa bank), Banque atlantique pour Banque populaire et Bank of Africa pour BMCE Bank of Africa- qui assurent leur développement sur le continent plus rapidement et avec moins de risques. Conséquence, les banques marocaines sont présentes dans une trentaine de pays du continent, dans toutes les régions à l’exception de l’Afrique australe. Mieux, dans de nombreux pays (Côte d’Ivoire, Sénégal, Cameroun, Mali, Burkina Faso, Niger et Togo), on enregistre la présence des trois banques sur le même marché. Ainsi, on recense 45 filiales des banques marocaines sur le continent.

Ces filiales jouent un rôle crucial dans l’augmentation des échanges et la hausse des investissements marocains sur le continent en tant que soutien aux entreprises marocaines qui souhaitent développer des courants d’affaires et/ou investir en Afrique.

Les assureurs suivent

Pour les pays d’accueil, les banques marocaines contribuent à la bancarisation des populations locales, au financement des économies, au financement des projets structurants, des montages d’opérations financières pour de grands projets, le transfert d’argent de la diaspora africaine, etc. A titre d’exemple, le financement du projet de sauvegarde et de valorisation de la Baie de Cocody à Abidjan, d’un investissement de 170 millions de dollars, est assuré en grande partie par les banques marocaines.

Après les banques, les compagnies d’assurance aussi s’internationalisent. C’est le groupe Saham Group qui, le premier, a franchi le pas en acquérant en 2010 le groupe Colina, premier assureur de la zone CIMA --Conférence interafricaine des marchés d’assurance. Le groupe est présent aujourd’hui dans 23 pays africains. Wafa Assurance du groupe Attijariwafa bank et RMA Watanya de la holding FinanceCom au même titre que BMCE Bank of Africa lui ont emboité le pas avec un certain retard.

Ces deux compagnies pourraient rattraper rapidement leur retard sur le continent en s’appuyant sur ces banques bien implantées sur le continent et créer ainsi les bases de groupes d’assurance panafricains à même de contribuer à l’amélioration de la pénétration de l’assurance en Afrique, en exportant leur expertise sur le continent, au même titre que les banques.

Au total, banques et compagnies d’assurance marocaines ont implanté leurs fanions dans 32 pays africains. Et les derniers mouvements enregistrés, après une phase de consolidation, avec les implantations d’Attijariwafa bank au Tchad, en Egypte et au Rwanda, celle de la Banque populaire en Guinée Bissau, l’obtention d’un agrément de Bank of Africa du groupe BMCE Bank of Africa au Cameroun, et l’implantation d’Atlanta Assurance en Côte d’Ivoire augurent une nouvelle phase d’expansion du secteur financier marocain sur le continent. L'ouverture du Maroc aux pays de l'Afrique de l'Est à la suite du récent périple royal pourrait aussi contribuer à accélérer l'implantation des acteurs financiers marocains dans cette dynamique région.m
Le 06/11/2016 Par Moussa Diop