Fermer

Classement 2019. Casablanca dans les 10 villes de plus en plus chères, selon The Economist

Mise à jour le 20/03/2019 à 16h48 Publié le 19/03/2019 à 16h26 Par Mehdi Heurteloup - stagiaire

#Economie
Casablanca

Casablanca, capitale économique du Maroc.

© Copyright : DR

#Maroc : Casablanca n'est certes pas (encore) une ville où l'on vide son porte-monnaie pour s'assurer une vie normale, mais elle a tendance à devenir chère. C'est ce que que révèle le dernier classement de The Economist.


Le classement des villes les plus chères au monde en 2019, basé sur une enquête réalisé annuellement par The Economist Intelligence Unit, think tank britannique appartenant au groupe médiatique de référence The Economist, révèle que Casablanca a perdu 20 places en 12 mois et occupe désormais la 92e place des villes les plus chères, alors que la métropole nord-africaine était 112e auparavant.

CAsablanca est, en cette année 2019, ex aequo avec la ville de Muscat à Oman.

Cette étude se base sur le prix d’environ 160 biens et services, tels que les loyers, la nourriture, la scolarité dans les écoles privés ou encore les voitures.


>>>LIRE AUSSI: Coût de la vie. Le top 10 des villes les plus chères du continent africain

L'évolution que connaît le coût de la vie à Casablanca est le fuit de deux facteurs: d'une part, une quizaine de villes qui étaient devancées par la capitale économique du Maroc sont devenues relativement moins chères qu'elle, ce qui leur a permis d'inverser le classement en leur faveur. Et, d'autre part, Casablanca a vu son indice, défini par ce think tank, se détériorer de 3 points, ce lui a fait perdre au moins cinq places supplémentaires. 

Donc, à proprement parler, les prix n'ont pas réellement "explosé" à Casablanca, mais c'est le reste du monde qui est plutôt devenu légèrement moins cher. 

Ce classement reste dominé par Paris, Hong-Kong et Singapour, tandis que la capitale vénézuélienne, Caracas, ferme la marche.

En Afrique, on peut d'ores et déjà constater l'absence dans le top ten de Luanda, la capitale angolaise, qui a pourtant l'habitude de figurer parmi les villes les plus chères.


>>>LIRE AUSSI: Afrique: les villes les plus chères en 2017 pour les expatriés

De plus, Lagos, la capitale économique nigériane, a réussi à occuper la 127e place, et figure donc donc parmi les 10 villes les moins chères au monde.

Les prix des 160 produits et services qui servent de panier de biens de référence ne sont pas moins élevés que dans six autres villes qu'à Lagos. C'est notamment le cas de Caracas (Venzuela), de Damas (Syrie), de Tashkent (Ouzbekistan), d'Almaty (Kazakhstan), de Bangalore (Inde), et de Karachi (Pakistan). 



Le 19/03/2019 Par Mehdi Heurteloup - stagiaire