Fermer

Maroc-CEDEAO: Mohammed VI remercie les chefs d’Etat de l’accord de principe sur l’adhésion

Mise à jour le 21/08/2017 à 08h35 Publié le 20/08/2017 à 23h56 Par Moussa Diop

#Politique
Maroc-CEDEAO: quelles sont les chances d'intégrer l'organisation régionale?
© Copyright : DR

#Maroc : Mohammed VI a adressé un discours à la Nation à l’occasion du 64e anniversaire de la Révolution du roi et du peuple. Il l'a axé sur le thème de l’Afrique. Le roi y a expliqué les raisons de la demande d’intégration à la CEDEAO et exprimé sa reconnaissance aux chefs d'Etat de l'organisation.

Dans les relations entre le Maroc et l'Afrique, il y a eu les discours d’Addis-Abeba et de Dakar. On vient aussi d'assister à celui de Tétouan, tenu par Mohammed VI ce dimanche 20 août 2017. Comme dans ses précédentes adresses, le souverain marocain a réaffirmé l'engagement de son pays à construire ensemble avec les États du continent une Afrique forte et prospère. Cependant, cette fois, il a surtout expliqué la raison principale de l’orientation stratégique du Maroc vers le continent.

«Le choix du Maroc de se tourner vers l’Afrique n’a pas été le fruit d’une décision fortuite. Il n’a pas été non plus dicté par des calculs conjoncturels ou des supputations éphémères. Il est plutôt le gage de notre fidélité à cette histoire commune, et l’expression d’une foi sincère dans la communauté de destin qui nous rassemble», a souligné le roi Mohammed VI.

Et c’est dans cette optique d’intégration africaine que s’inscrit la demande d’adhésion totale du Maroc à la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). En effet, «nous sommes engagés actuellement à construire une Afrique sûre d’elle-même, solidaire, unie autour de projets concrets, ouverte sur son continent. C’est en souscrivant à cette conception intégrée de l’Afrique que le Royaume a officialisé sa volonté d’adhérer à la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest».


LIRE AUSSI : CEDEAO: les chefs d'Etat acceptent le Maroc comme futur 16eme membre


Une demande qui a connu un accueil favorable de la part de tous les pays membres de cette organisation. Ainsi, réunis le 4 juin dernier à Monrovia, les chefs d’Etat des pays membres de cette organisation ont donné leur accord de principe à l’adhésion totale du Maroc à cette entité régionale. Ils ont justifié leur accord «eu égard aux liens forts et multidimensionnels de coopération entre le Maroc et les Etats de l’Afrique de l’Ouest».

Suite à cette décision, «nous tenons à remercier les dirigeants des Etats membres de cette communauté d’avoir donné leur accord de principe pour l’adhésion du Maroc à cette entité régionale, en tant que membre à part entière», a souligné le roi dans son discours.

Et là aussi, le roi a tenu à expliquer ce choix d’adhésion en soulignant qu’«étant donné que cette organisation constitue un prolongement naturel de l’Union Aafricaine, il ne fait aucun doute que l’adhésion du Maroc à ces deux ensembles contribuera à l’essor économique du continent et à son développement humain».

Ainsi, il ressort clairement que le fil conducteur de toute la politique africaine du royaume est l’intégration du continent pour un développement socio-économique harmonieux de l’Afrique.


LIRE AUSSI : La CEDEAO à 16 pays membres en quelques chiffres


Ainsi, disposant désormais de cet accord de principe, «le Royaume du Maroc s’attachera à asseoir les fondements d’une intégration réelle pensée pour servir l’Afrique, et réaliser les attentes de ses peuples qui aspirent au développement et à une vie digne menée dans un climat empreint d’unité, de sécurité et de stabilité».

Rappelons qu’après l’accord de principe, les chefs d’Etat de la CEDEAO devront se réunir en décembre prochain au Togo pour entériner l’adhésion du Maroc à cet ensemble considéré comme étant le plus intégré du continent et où la présence multidimensionnelle du royaume est plus qu’une réalité.

Enfin, rappelons que depuis son intronisation, le roi du Maroc a visité 29 pays africains et a effectué 50 déplacements ayant concerné particulièrement les pays de la CEDEAO.

Le 20/08/2017 Par Moussa Diop