Fermer

COP22: "un événement africain par excellence", selon le président du Parlement panafricain

Mise à jour le 14/09/2016 à 13h33 Publié le 14/09/2016 à 12h29 Par Le360 Afrique - MAP

#Société
COP22
© Copyright : DR

#Maroc : Le président du Parlement panafricain, Roger Nkodo Dang, en visite de travail au Maroc, a souligné que la 22e Conférence des parties à la convention cadre des Nations-unies sur le climat (COP22) qui se tiendra au Maroc en novembre, sera "un événement africain par excellence".

Lors d'un entretien mardi à Rabat avec le premier vice-président de la Chambre des Conseillers, Mohamed Ansari, le Président du Parlement panafricain a appelé l’ensemble des parlementaires des pays africains à conjuguer leurs efforts en vue d’assurer le succès de cette manifestation planétaire et relever les défis environnementaux en Afrique.

Selon un communiqué de la deuxième Chambre rendu public à l'issue de ces entretiens, Nkodo Dang a également salué les différentes initiatives de SM le Roi Mohammed VI en direction de l’Afrique dans le cadre de la coopération Sud-Sud, ainsi que la dynamique exceptionnelle que connaissent les relations maroco-africaines sur le plan bilatéral.

Le président du Parlement panafricain a aussi salué la décision "sage" de SM le Roi annonçant le retour du Maroc à l'Union africaine (UA), d'autant plus que le Royaume est un membre fondateur de cette organisation et a fait de la promotion du développement du continent africain un choix stratégique.

Le responsable panafricain a, par ailleurs, mis en exergue le rôle important de la diplomatie parlementaire dans le raffermissement de la coopération et l’unification des positions sur les affaires bilatérales, régionales et continentales, tant au niveau africain que dans le cadre des partenariats régionaux pour relever les grands défis auxquels fait face l’Afrique comme les changements climatiques, la question de l’eau, la migration, la sécurité, le terrorisme et le développement durable.

Le président du Parlement panafricain a aussi salué le leadership du Maroc dans plusieurs domaines, dont la politique de la migration et de l’exil, la lutte contre la radicalisation et le terrorisme, la promotion des droits de l’Homme, tels qu’universellement reconnus, la réalisation du développement durable et la protection de l’environnement. De son côté, Ansari a souligné l’importance de la visite du président du Parlement panafricain, qui intervient dans un contexte marqué par la décision historique de SM le Roi relative au retour du Maroc à l’UA.

Le Royaume du Maroc, a-t-il dit, a fait de la coopération avec l’Afrique un choix stratégique et érigé en tête de ses priorités le développement des relations avec les pays africains dans un cadre d’intégration régionale vitale, d’un partenariat Sud-Sud efficace et solidaire et d’une démarche participative basée sur une vision stratégique renouvelée et intégrée dont les grandes lignes ont été définies par SM le Roi à plusieurs reprises et fondée sur la consolidation des liens historiques du Maroc avec les pays d’Afrique à travers des initiatives dans les divers domaines.

Lors de cette entrevue, qui s’est déroulée en présence des membres du bureau de la Chambre des Conseillers, Abdelilah El Hallouti et Rachid El Meniari, le premier vice-président de la Chambre des Conseillers a également rappelé la singularité de l’expérience démocratique du Maroc et les réformes volontaristes entreprises sous la conduite éclairée du Souverain qui ont permis au Royaume de construire un modèle démocratique et de développement dans un climat de stabilité et de quiétude.

Evoquant la question du Sahara marocain, Ansari a souligné l’importance de la proposition d’autonomie comme solution politique juste et durable à ce conflit artificiel régional autour des provinces du Sud du Royaume dans le cadre de l’intégrité territoriale et la souveraineté nationale, notant que cette proposition concorde avec la légalité internationale et répond aux défis régionaux et internationaux, notamment les menaces terroristes auxquelles fait face la région et les opportunités d’investissements qui se perdent.
Le 14/09/2016 Par Le360 Afrique - MAP