Fermer
#Société

Vidéo. Archéologie: l'Homo sapiens, l'ancêtre de notre espèce serait Marocain

Publié le 09/06/2017 à 17h59 Par Mohamed Chakir Alaoui et Khalil Essalak

#Maroc : Le Maroc serait-il le nouveau berceau de l'humanité? Une découverte exceptionnelle de restes d'Homo sapiens, mis au jour à Jbel Irhoud et vieux de 300.000 ans, tend à le prouver. On vient de découvrir là l'ancêtre de notre espèce: l'Homo sapiens le plus vieux jamais trouvé auparavant.

Les restes des plus anciens Homo sapiens datant de 300.000 ans ont été découverts il y a trois ans à Jbel Irhoud, une ancienne mine de baryte située près d'El Youssoufia, au centre-ouest du Maroc.

"Cette découverte représente la racine même de notre espèce, l'Homo sapiens le plus vieux jamais trouvé en Afrique ou ailleurs", explique le Français Jean-Jacques Hublin, directeur du département d'Evolution humaine à l'Institut Max Planck de Leipzig (Allemagne) et coauteur des travaux.

Les fossiles de l’Homo sapiens de Jbel Irhoud sont stockés en ce moment à l’Institut national de l’archéologie et du patrimoine à Rabat. Ils ont été dévoilés en avant-première aux journalistes, ce vendredi 9 juin lors d’une conférence de presse.
Il fallait que l'expertise internationale confirme cette ancienneté. C’est chose faite avec les résultats publiés le 7 juin dans la prestigieuse revue Nature.

C'est ce qu'a révélé Aomar Akerraz, le directeur général de l'Institut national des sciences et du patrimoine (INSAP) ce vendredi, lors d'une conférence de presse. "Je ne vous cache pas que la découverte -des cinq crânes dont un appartenant probablement à une femme- était déjà "connue il y a trois ans".

Aomar Akerras était accompagné à cette occasion du chercheur Abdelouahed Ben-Ncer, le coauteur marocain de cette découverte. Très ému, cet homme n'a cessé de répéter: "la découverte est un véritable exploit qui m'a rendu très heureux".

Le coauteur marocain de la bouleversante découverte des premiers Homo sapiens en parle.

Le directeur de l'INSAP a salué également les efforts et le travail effectué par toute l’équipe évoquant notamment le professeur Jean-Jacques Hublin de l’Institut Max Planck d’anthropologie évolutionnaire (Leipzig, Allemagne) et du Collège de France (chaire de paléoanthropologie).

"L'origine des Homo sapiens prend un coup de vieux conséquent. De 100.000 ans, on passe à 300.000 ans. Ce qui implique une réévaluation de l'ensemble des connaissances à notre disposition", a estimé le chercheur marocain, Abdelouahed Ben-Ncer.
Le 09/06/2017 Par Mohamed Chakir Alaoui et Khalil Essalak