Fermer

Ouverture du sommet de l'Union africaine à Nouakchott

Mise à jour le 01/07/2018 à 12h34 Publié le 01/07/2018 à 12h30 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
union africaine
© Copyright : DR

#Mauritanie : Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a ouvert dimanche le 31ème sommet ordinaire de l'Union africaine (UA) à Nouakchott axé sur le renforcement de l'intégration continentale.


"C'est un sommet historique qui s'ouvre aujourd'hui pour la première fois dans ce pays fondateur de l'Union africaine qu'est la Mauritanie", a déclaré le président Aziz dont le pays accueille ce sommet qui doit réunir une quarantaine de chefs d'Etat africains.

Le sommet s'ouvre après un attentat suicide perpétré vendredi au Mali contre le QG de la force conjointe du G5 Sahel, lancée en 2017, qui a fait trois morts, dont deux militaires de cette force.

Le président français Emmanuel Macron, qui soutient cette initiative, doit rencontrer à Nouakchott, en marge du sommet de l'UA, ses homologues du G5 Sahel, organisation régionale regroupant la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad.


>>>LIRE AUSSI: Union africaine: tout ce qu'il faut savoir sur le sommet de Nouakchott


La France, qui conduit dans la région l'opération Barkhane, voit dans la force du G5 Sahel un possible modèle de prise en main par les Etats africains de leur propre sécurité

Comme à chaque sommet, les dirigeants africains se pencheront sur les crises qui secouent le continent, notamment la guerre civile au Soudan du Sud ou le Sahara occidental, dont le drapeau flotte pour la première fois sur Nouakchott à l'occasion de ce sommet, avec celui des autres membres de l'UA.

Le président rwandais, Paul Kagame, président en exercice de l'UA, a déjà fait savoir qu'il tenterait de s'assurer du soutien de ses pairs à la candidature de sa ministre des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, à la tête de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) en octobre.

Paris appuie cette démarche, qui permettrait de ramener la direction de l'OIF en Afrique, après quatre ans de mandat de la Canadienne Michaëlle Jean, candidate à sa propre succession.
Le 01/07/2018 Par Le360 Afrique - Afp