Fermer

Afrique subsaharienne: le plus bas niveau de croissance depuis 20 ans

Publié le 25/10/2016 à 18h46 Par Kofi Gabriel

#Economie
prix du baril de pétrole

#Mauritanie : Le FMI ne cesse de réviser à la baisse la croissance africaine. Selon l’institution financière internationale, la croissance serait de l’ordre de 1,4% en 2016 avant une légère reprise en 2017.

Kiosque le360 Afrique: Dans son dernier rapport sur l’Afrique subsaharienne présenté ce lundi, le FMI affiche ses inquiétudes quant aux perspectives de croissance au niveau du continent. 

Dans ce rapport intitulé «Une croissance à deux vitesses», l’institution internationale prône l’adoption des mesures pour permettre un rebond de la croissance en Afrique subsaharienne, selon koaci.com. D’après ce rapport, «le taux de croissance économique de l’Afrique subsaharienne, devrait descendre en 2016 à son plus bas niveau depuis plus de vingt ans». Ainsi, l’institution ne table désormais que sur une croissance de l’ordre de 1,4%.

Il s'agit là d'une révision à la baisse aussi brutale qu’importante de l’amplitude de la croissance des économies subsahariennes. Selon le FMI, deux facteurs fondamentaux expliquent cette situation, comme le précise Abede Aemro Selassie, directeur du département Afrique. D’abord, il y a l’environnement extérieur qui s’est détérioré pour beaucoup de pays de la région à cause du niveau bas des cours des matières premières (mines, pétrole, etc.). Et c’est le cours du baril de pétrole qui a le plus impacté les économies africaines productrices de l’or noir.

Ensuite, face à une conjoncture défavorable, explique le site d’information, dans un grand nombre de pays les plus touchés par ces chocs, les autorités ont réagi avec beaucoup de retard et de façon inadéquate, ce qui a pour effet «d’accroître l’incertitude, de décourager l’investissement privé et d’empêcher les nouvelles sources de se développer».

Toutefois, selon le FMI, la faible croissance du continent masque des disparités énormes entre économies africaines. En effet, deux groupes de pays se distinguent. D’abord, il y a un lot de pays qui continuent à afficher des niveaux de croissance exceptionnelle. C’est le cas notamment de la Côte d’Ivoire, l’Ethiopie, le Sénégal et la Tanzanie. Ces pays devraient afficher des taux de croissance supérieurs à 6%. Ensuite, il y a les pays dont la croissance reposait surtout sur les exportations de produits de base qui connaissent des conditions difficiles.

Du côté des perspectives, le FMI table sur une reprise de la croissance en 2017 de l’ordre de 3%. Un niveau encore loin de celui enregistré par cette partie du continent au cours de ces dernières années.
Le 25/10/2016 Par Kofi Gabriel

à lire aussi