Fermer

Mauritanie: une délégation du Conseil de sécurité reçue par Ould Abdel Aziz

Mise à jour le 20/10/2017 à 21h16 Publié le 20/10/2017 à 17h42 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Politique
Conseil de sécurité

Conseil de sécurité.

© Copyright : DR

#Mauritanie : Le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, a reçu vendredi une mission d'ambassadeurs des pays du Conseil de sécurité de l'ONU en mini-tournée dans les pays du G5 Sahel.

Les ambassadeurs des 15 pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont entamé hier une mini-tournée d'évaluation dans les pays du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad).

Après Bamako au Mali, qui accueille l’état-major de la force conjointe du G5 Sahel dédiée à la lutte contre le terrorisme dans la région, les ambassadeurs sont arrivés à Nouakchott où ils ont été reçus par le président Mohamed Ould Abdel Aziz.

Au menu de l’audience, la situation au Sahel et l’état d’avancement du processus de mise en place de la nouvelle force. Ce projet est encore handicapé par un énorme déficit en ressources financières. Ainsi, sur une enveloppe globale de 450 millions d’euros nécessaires au fonctionnement de la brigade, 50 millions d’euros seraient disponibles pour le moment.


LIRE AUSSI : Mauritanie: le Conseil de sécurité en mini-tournée dans les pays du G5 Sahel


Ahmedou Ould Abdallah, ex-SG adjoint de l'ONU, livre son analyse des enjeux de cette visite dans une contribution publiée vendredi par «IRIS-France». Ce voyage a pour théâtre «une région en crise sécuritaire depuis 2005, année des premières grandes prises d’otages occidentaux et des attaques d’envergure contre les forces de sécurité nationales. Un espace de transit où les trafics divers, en particulier de drogue, de cigarettes et d’êtres humains, se sont progressivement généralisés».

Il rappelle que dans le passé, le Conseil de sécurité a réalisé des missions similaires dans des pays ravagés par la guerre comme la Côte d’Ivoire, la Guinée Bissau, le Liberia et la Sierra Leone.


LIRE AUSSI : Mauritanie: Ould Abdel Aziz conditionne son engagement dans la force du G5 Sahel


Conformément à la tradition diplomatique, la délégation va rencontrer, écouter et discuter avec les autorités et probablement avec les acteurs de la société civile. «Pour les gouvernements visités, ces rencontres avec le Conseil sont des occasions importantes de présenter des explications convaincantes et crédibles à un organe politique dont l’influence ne saurait être sous-estimée».

«Le financement des forces du G5 Sahel, des troupes des Nations Unies et des mesures économiques d’accompagnement se jouera sans doute au cours de cette visite. Familière avec le Sahel et ses problèmes, la présidence française du Conseil de sécurité peut aider à faire aboutir les demandes des pays visités, et pour le moins, selon la formule consacrée, maintenir le sujet inscrit à l’ordre du jour du conseil».

Ouagadougou sera la prochaine étape de cette mission onusienne qui doit évaluer les progrès réalisés dans le processus de formation d'une brigade de 5000 hommes.
Le 20/10/2017 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya