Fermer

Vidéo. Mauritanie: des projets créateurs d'emplois au profit des réfugiés maliens

Mise à jour le 23/02/2019 à 17h11 Publié le 23/02/2019 à 16h54 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Société
Mauritanie: des projets créateurs d'emplois au profit des réfugiés maliens
© Copyright : DR

#Mauritanie : Le Bureau international du travail, en collaboration avec le gouvernement mauritanien et le Haut commissariat aux réfugiés de l’ONU (UNHCR), a organisé une journée de sensibilisation sur le projet «Emploi et travail décent, pour la paix et la résilience» au profit des réfugiés maliens en Mauritanie.

Les locaux de la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Mauritanie (CCIAM) à Nouakchott, ont abrité jeudi 21 février, une journée d’informations et de sensibilisation sur le projet «Emploi et travail décent, pour la paix et la résilience» ciblant les réfugiés maliens en Mauritanie et les communautés d’accueil.

Cette manifestation était organisée par le Bureau international du travail (BIT), en collaboration avec le gouvernement mauritanien et le Haut commissariat aux réfugiés de l’Organisation des Nations Unies (UNHCR).


Le chiffre des réfugiés maliens, arrivés en Mauritanie dans la foulée de l’occupation du Nord de ce pays au début de l’année 2012, est d’environ 50.000. Ils se trouvent dans le camp de MBera (extrême Sud/Est à 1400 kilomètres de Nouakchott).

Federico Paroéta, Conseiller Emploi/Insertion, chef d’équipe au Bureau international du travail (BIT) en Mauritanie a présenté les enjeux du projet visant la promotion d’un modèle d’accès aux moyens d’existence durables et de cohésion sociale entre réfugiés et communautés hôtes.


LIRE AUSSI: Camp de Mbera: les réfugiés maliens en Mauritanie coincés pour longtemps


Ce projet va permettre de former des jeunes, dans le cadre de chantiers d'écoles, créer des opportunités d’emploi en matière de bâtiment et travaux publics (BTP), construire des infrastructures avec des matériaux locaux en utilisant les nouvelles technologies et soutenir le développement à la base à travers l’appui aux entreprises locales, à la société civile et aux autorités.
Le 23/02/2019 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya