Fermer

Sénégal-Mauritanie: lancement d’une ligne d’interconnexion électrique de 225 KV

Mise à jour le 16/10/2016 à 16h12 Publié le 16/10/2016 à 11h13 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Economie
réseau électrique

#Mauritanie : Les autorités sénégalaises ont procédé ce samedi 15 octobre au lancement d’une ligne d’interconnexion électrique de 225 KV avec la Mauritanie. Celle-ci va contribuer à sécuriser l’approvisionnement en électricité de la capitale sénégalaise, Dakar.

Le projet d’interconnexion électrique entre la Mauritanie et le Sénégal prend forme. Le ministre sénégalais de l’Energie et des énergies renouvelables, Thierno Alassane Sall a procédé, ce samedi 15 octobre, au lancement de l’infrastructure d’interconnexion électrique Sénégal-Mauritanie, en même temps qu’un projet de sécurisation de l’alimentation en électricité de la ville de Dakar.

La ligne électrique de 225 KV permettra d’alimenter le Sénégal à partir d’une centrale électrique duale mauritanienne de 180 MW installée à Nouakchott. Selon le ministre sénégalais, grâce à la nouvelle ligne d’interconnexion «le Sénégal va pouvoir importer une partie de l’énergie excédentaire produite en Mauritanie». Ainsi, poursuit-il, cette interconnexion va contribuer au «renforcement de l’intégration économique régionale et l’intensification des efforts pour la réduction de la pauvreté et le développement socioéconomique par l’extension de l’échange de l’énergie transfrontalière entre le Sénégal et la Mauritanie».

A ce titre, il faut rappeler les gouvernements mauritanien et sénégalais sont liés par une convention de coopération relative à la vente et l’achat de l’énergie électrique signée en septembre 2013.

Ces deux projets ont été financés par la Banque islamique de développement (BID) pour une enveloppe globale de 110,6 milliards de Francs CFA et sur des fonds propres de l’Etat du Sénégal.

Le coût de réalisation du projet d’interconnexion électrique proprement dite est estimé à 73 milliards de Francs, dont 67,6 milliards de Francs CFA financés par la BID et 5,4 milliards de Francs CFA par le gouvernement du Sénégal.

Quant à celui de sécurisation de l’approvisionnement en énergie de Dakar via une augmentation de la capacité du réseau haute tension de 370 mégawatts à 690 mégawatts à l’horizon 2019, son coût est évalué à 45 milliards de francs CFA, dont 42 milliards de la BID et 3 milliards de l’Etat du Sénégal.
Le 16/10/2016 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya