Fermer

Mauritanie: la candidature de Bathily à la présidence de l’UA, vue de Nouakchott

Publié le 19/12/2016 à 15h12 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Politique
Bathily
© Copyright : DR

#Mauritanie : Les chefs d’Etats africains procéderont à l’élection d’un nouveau président de la Commission de l’Union Africaine (UA), appelé à remplacer la Sud-Africaine, Dlamini-Zuma. Les pays dont sont issus les candidats mènent une campagne diplomatique active.


Dans la perspective du sommet de l'Union africaine de janvier prochain, les pays des cinq candidats, issus de différentes communautés économiques régionales (CER), mènent une intense campagne diplomatique pour rallier à leur cause les détenteurs de voix du continent. Fait inédit, cette année, les prétendants au poste se sont retrouvés lors d’un débat pour donner leur vision et  exposer leur programme.

Les candidats à la présidence de la commission de l’Union Africaine (UA) sont Mme Pelonomi Venson Moitoi, ministre des affaires étrangères du Botswana, Agapito Mba Mukuy, ministre des affaires étrangères de Guinée Equatoriale, Amina Mohamed Jibril, ministre des Affaires étrangères du Kenya, Moussa Faki Mahamat, ministre des Affaires étrangères du Tchad et Abdoulaye Bathily, ancien ministre, et ex représentant spécial du SG de l’ONU au Mali et en Afrique Centrale.

Commençons par le Pr Abdoulaye Bathily, de nationalité sénégalaise. Autrement dit, originaire d'un pays géographiquement, humainement,  culturellement et religieusement proche de la Mauritanie.

En dépit de l’absence de toute prise de position par rapport à un éventuel choix du gouvernement, l’opinion mauritanienne semble avoir jeté son dévolu sur la personnalité de l’historien sénégalais, et adoubé la candidature du célèbre homme de gauche, plusieurs fois ministre.

Les échos récents de la campagne pour la présidence de l’UA, tirés de la presse internationale  évoquent le programme  d’Abdoulaye Bathily, comme  un candidat «qui veut faire de l’intégration africaine  et de la libre circulation des personnes et des biens son cheval de bataille».

Le Pr Lô Gourmo, vice-président de l’Union des Forces de Progrès (UFP), opposition mauritanienne, présente le candidat du Sénégal comme «un homme de convictions, aimable, intègre et sincère, d’une fidélité à toute épreuve.  Connu pour être contre le néocolonialisme et doté d’un authentique sens des valeurs africaines, d’une ouverture d’esprit et connaisseur de la véritable histoire de l’Afrique. Voilà Abdoulaye Bathily, un Soninké dans toute la grandeur d’âme des fils du Wagadou. Il mérite le soutien de toutes les forces de progrès africaines».

Pour sa part, Ousmane MC, parle de la candidature «d’un professeur émérite qui doit être soutenu par toute la sous-région  pour son intégrité et son esprit ô combien responsable. Un homme d’une grande ouverture démocratique,  auquel nous souhaitons une riche carrière et une réussite totale».

Baliou Mamayary Coulibali, responsable au sein de la Coalition Publiez Ce que Vous Payez (CPQP), souhaite et exprime l’espoir de voir le Pr Abdoulaye Bathily «conduire un projet social pour toute la jeunesse africaine, et particulièrement les communautés sahéliennes au sein desquelles l’esclavage et ses corollaires sévissent encore. Des défis à relever absolument si on veut développer l’Afrique».


Le 19/12/2016 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

à lire aussi