Fermer

Une mission du Club d’Entreprises Bordeaux-Afrique en prospection

Publié le 19/04/2016 à 14h42 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Economie
France-RIM

Le premier ministre Yahya ould Hademine a examiné ce lundi 11 avril, avec l’ambassadeur de France en Mauritanie, Joël Mayer, les opportunités d’investissement et le climat des affaires en Mauritanie.

© Copyright : DR

#Mauritanie : Le Club d’entreprises «Bordeaux-Afrique» effectue une mission de prospection en Mauritanie. Une occasion pour les autorités mauritanienne de présenter les potentialités et les opportunités d’affaires qu’offrent le pays aux investisseurs potentiels.

La Mauritanie revient dans les radars des investisseurs français. Quelques semaines après la visite des opérateurs du secteur de l’énergie, une délégation du Club d’entreprises «Bordeaux-Afrique» séjourne du 17 au 20 avril courant dans le pays. Conduite par Robert Dulery, président de cette institution privée, soutenue par le Conseil national du patronat de Mauritanie (CNPM) et la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Mauritanie (CCIAM), la délégation a un programme chargé.

D’abord, au cours d’une réunion présidée par l’ambassadeur de France à Nouakchott, Joël Meyer, le président de la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Mauritanie (CCIAM), Mohamed ould Mohamed Mahmoud, a fait une présentation détaillée des nombreux atouts dont dispose la Mauritanie, qui en font une véritable terre d’opportunités pour les investissements.

«La Mauritanie est un pays privilégié par la nature grâce à un sol et sous sol riches en ressources minières (fer, phosphate, cobalt, gypse, uranium, or, diamant, cuivre, gaz, pétrole, etc.), des ressources halieutiques, de l’agro business dans la vallée du fleuve Sénégal et les importantes opportunités offertes par le secteur de l’élevage qui compte plus de 20 millions de têtes, …», a notmment souligné Mohamed Mahmoud.

Pour sa part, le président de la CCIAM a présenté les progrès enregistrés au niveau du cadre juridique et réglementaire qui ont permis une amélioration du climat des affaires avec en l'occurrence un nouveau Code des Investissements (CI) «avantageux».

La délégation française a eu des rencontres «B to B» avec les opérateurs privés mauritaniens et des représentants des institutions du secteur public à l’image de la Zone franche de Nouadhibou (AN-ZF).

La délégation a bénéficié d’une présentation de la Zone franche de Nouadhibou (AN-ZF) axée sur «les avantages offerts par le Guichet Unique» de la zone offshore, à travers «les dérogations fiscales pour attirer les investisseurs».

Pour sa part, le conseiller économique auprès de la représentation diplomatique française de Nouakchott a évoqué devant ses compatriotes les opportunités que représentent «le nouveau champ gazier offshore en Mauritanie dont l’exploitation commerciale devrait commencer bientôt, et l’extension de la mine d’or de Tasiast (Nord) pour laquelle des entreprises françaises sont déjà sollicitées».

Le Club d’Entreprises Bordeaux/Afrique est une association créée il y a 25 ans à l’instigation d’entreprises françaises travaillant avec l’Afrique, et de la Chambre de commerce et d’industrie de Bordeaux. Il compte une cinquantaine de PME/PMI et une centaine de membres.

Ses activités vont de la santé à l’agroalimentaire en passant par le transport/logistique, le négoce des matières premières, les assurances, les cabinets d’avocats, le matériel électrique, les télécommunications et les énergies renouvelables.   

Le 19/04/2016 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya