Fermer

Nouakchott souhaite améliorer son rang dans le doing business

Publié le 30/05/2016 à 10h35 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Economie
doing business
© Copyright : DR

#Mauritanie : Placé au 168e rang dans le classement du Doing business de la Banque mondiale, la Mauritanie souhaite améliorer son climat des affaires pour attirer davantage d’investisseurs. Des mesures sont prises dans ce sens.

Pour attirer des investisseurs étrangers, le gouvernement mauritanien compte améliorer davantage son rang au niveau du classement Doing business. Dans ce cadre, le gouvernement a organisé une journée sur les réformes du climat des affaires en vue de tirer un bilan sur les réformes entreprises jusqu'à présent. 

Cette manifestation s’est déroulée dans les locaux de la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Mauritanie (CCIAM), en présence de plusieurs membres du gouvernement, hauts responsables nationaux, des acteurs du secteur privé et des partenaires étrangers.

Les participants ont suivi plusieurs exposés et communications portant sur des thèmes relatifs à l'amélioration du climat  des affaires: les conditions de création des entreprises, la justice commerciale, le paiement des taxes, la fiscalité, ainsi que d'autres indicateurs liés au foncier, à l'Administration, etc.

Le ministre mauritanien de l’Economie et des finances, Moctar Ould Diay, a saisi l’opportunité de cette journée pour partager les nombreux progrès réalisés dans l’amélioration du climat des affaires grâce à une série de réformes majeures, qui seront approfondies, suivant une feuille de route gouvernementale adoptée le 12 novembre 2015.

Il a ainsi rappelé le contexte macroéconomique, avec un taux de croissance de 5%, au cours des dernières années, la maîtrise de l’inflation à 3% et un déficit de la balance des paiements maintenu à 2%.

Il a par la suite mis en évidence le renforcement des capacités des infrastructures telles que les ports de Nouakchott et Nouadhibou, la mise en service imminente du nouvel aéroport international de Nouakchott, la réalisation de plusieurs centaines de kilomètres de bitume,…

Au sujet  des réformes, Ould Diay a évoqué «un nouveau Code des investissements incitatif pour les nationaux et les étrangers, une zone franche bénéficiant d’un régime fiscal et douanier avantageux, un guichet unique qui a considérablement contribué à réduire le coût et le délai de création des entreprises, une révision du Code de commerce et l’adoption des décrets d’application, la création d’un guichet unique au niveau du port de Nouakchott dédié au commerce transfrontalier, permettant le regroupement des droits, taxes et redevances payés au profit de l’ensemble des services publics, un guichet unique pour l’accès à l’énergie qui réduit les délais d’accès de 75 jours à 12 jours seulement, etc.».

Grâce à toutes ces réformes, la Maurtanie a intégré, selon le ministre, le cercle des 5 pays ayant entrepris le plus de réformes  du climat des affaires dans le classement Boing business de la Banque mondiale en 2015. Et pour cette année, le pays espère que ces réformes lui permettront d'améliorer so position dans ce classement. 

Toutefois, si le pays a gagné 8 places passant du 176e au 168e rang mondial, beaucoup reste à faire pour figurer en bonne place au niveau africain, et ce d'autant que les pays africains rivalisent désormais pour bien figurer sur la liste des meilleurs élèves en matière d'amélioration du climat des affaires.

Conscient de la tâche, le gouvernement mauritanien doit davantage mettre l'accent sur la réforme de la justice, l’amélioration des infrastructures, la lutte contre la corruption, etc. Tout un programme.

Le 30/05/2016 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya