Fermer

Mauritanie-permis de travail: Tasiast arrête sa production aurifère

Mise à jour le 19/06/2016 à 17h58 Publié le 19/06/2016 à 17h49 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Economie
tasiast
© Copyright : DR

#Mauritanie : Tasiast Mauritanie Limited (TML SA), filiale à 100% de la compagnie canadienne Kinross a arrêté ses activités de production ce samedi, rapportent plusieurs sources concordantes. En cause, le non renouvellement des permis de travail de son personnel étranger.

La décision prise par l’inspection du travail mauritanienne de ne pas renouveler les permis de travail des employés non mauritaniens des filiales de multinationales étrangères a eu comme premier effet l’arrêt de la production de Tasiast, la filiale de la compagnie canadienne Kinross.

Il faut dire que cette décision touche particulièrement cette entreprise car elle concerne quelque 150 postes de travail, dont certains sont stratégiques.

Suite à la décision de l’arrêt de la production, tous les travailleurs mauritaniens du site de production de Tasiast ont été acheminés vers les villes de Nouadhibou (au Nord) et Nouakchott (au Sud) à travers des bus par les soins de l’entreprise.

Quant aux employés étrangers de la compagnie aurifère, estimés à plusieurs dizaines, ils ont été convoyés par avion à Nouakchott en attendant le départ vers leurs pays respectifs.

«La société a assuré aux travailleurs le paiement intégral de leurs salaires pendant la période d’arrêt du travail, en attendant le retour à des conditions favorables, c'est-à-dire jusqu’à ce qu’une solution définitive soit trouvée à la crise actuelle», rapportent plusieurs sources. 

La fermeture du site de Tasiast Mauritanie limited SA ressemble à une véritable escalade dans l’affaire du refus de renouvellement des permis de travail au profit des employés étrangers.

Au ministère de la Fonction publique, du travail et de la modernisation de l’administration, on n’a pas tardé à condamner cette attitude de l’entreprise et son refus obstiné de respecter la législation du travail mauritanienne.

Revenant sur cette crise, le ministère rappelle que suite à une mission dépêchée à Tasiast au cours des derniers jours «pour s’assurer de la conformité entre les pratiques et les normes de la législation du travail, a malheureusement découvert des manquements graves parmi lesquels l’emploi d’une main d’œuvre étrangère en violation des dispositions du décret 224-2009 fixant les conditions d’emploi de la main d’œuvre étrangère et instituant le permis de travail pour les employés étrangers».

Par ailleurs, la  déclaration du ministère dénonce «une campagne d’intoxication» de la part de la compagnie, dont l’unique objectif «est de continuer à se soustraire aux obligations prescrites par la législation du travail».

En conséquence, le gouvernement mauritanien rend Kinross Tasiast entièrement responsable de toutes les conséquences découlant de la nouvelle situation créée par l’arrêt de la production de l’usine.

Avec cette décision, Tasiast qui n’était plus en odeur de sainteté en Mauritanie à cause des innombrables crises sociales qu’a connues l’entreprise au cours de ces deux dernières années, dans le sillage de la chute des cours de l’or, rend son avenir en Mauritanie encore plus incertain. La rue mauritanienne perçoit la société du mauvais œil et l’accuse de pillage systématique de l’or du pays et de la dégradation de l’environnement. Du coup, des voix s’élèvent même pour revendiquer sa nationalisation.

Pour rappel, la décision du non renouvellement des permis de travail du personnel étranger concerne également d’autres filiales de multinationales étrangères dont Mauritel (filiale de Maroc Telecom), MCM (opérateur minier), etc.

Le 19/06/2016 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya