Fermer

Mauritanie: Tasiast renouvelle sa convention collective avec ses employés

Mise à jour le 03/10/2016 à 11h39 Publié le 03/10/2016 à 11h31 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Economie
tasiast
© Copyright : DR

#Mauritanie : Tasiast Mauritanie Limited (TML SA), filiale de la multinationale canadienne Kinross, qui exploite une mine d’or du même nom au nord du pays, a annoncé dimanche avoir signé une nouvelle Convention collective d’établissement (CCE) avec son personnel. Celle-ci est valable pour 3 ans.

Résultat de plusieurs mois de négociations, la nouvelle Convention collective d’établissement (CCE) liant Tasiast à ses salariés a été paraphée par les parties concernées. Celle-ci va régir les conditions de travail sur la mine pour une durée de 3 ans.

Cette CCE «établit un nouveau système de bonus aligné sur la situation financière de la mine pour assurer la viabilité économique à long terme de Tasiast». Une adaptation du bonus à la baisse est prévue dans le cadre de cet accord, même si le niveau de celui-ci n’est pas précisé.

Toutefois «les principales composantes du système de compensation, y compris le salaire de base, restent inchangées», précise le communiqué de l’entreprise annonçant la nouvelle. 

Cet accord a été obtenu grâce à des négociations qui ont pris en compte à la fois les demandes des délégués du personnel et les besoins de la société de disposer d’un cadre juridique clair pour appuyer ses objectifs de réduction des coûts, d’augmentation de la production et de mise en œuvre de l’expansion de Tasiast», selon l’entreprise.

Par ailleurs, TML SA, note avec satisfaction le caractère équitable de ce cadre juridique des rapports sociaux prenant en compte les intérêts des deux (2) parties. «La nouvelle CCE ainsi que le plan de mauritanisation des emplois convenu avec le gouvernement mauritanien en juillet 2016 constituent des étapes importantes pour bâtir un avenir durable pour la mine de Tasiast», estime la filiale de Kinross.

Pour rappel, TML SA est engagée dans une politique de réduction et de rationalisation des coûts de production depuis 2 ans. Une option stratégie justifiée par la plongée vertigineuse des cours mondiaux de l’or qui ont perdu plus d’un tiers de leur valeur au cours des deux dernières années.

Cette politique a été à l’origine d’une grève de plusieurs semaines des travailleurs déclenchée au milieu de l’année en cours, pour dénoncer «des mesures visant la réduction des avantages sociaux : notamment la prise en charge de l’assurance maladie (réduite de 100% à 80%), l’Impôt sur les traitements et salaires (ITS-réduite de 75% à 25%) et le bonus trimestriellement ramené d’un mois à 5 jours seulement».  

La mine de Tasiast, rappelle-t-on, est le deuxième site d’extraction aurifère le plus important du continent africain.
Le 03/10/2016 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya