Fermer

Mauritanie: un prêt de 9,2 millions de dollars de la BAD

Publié le 04/12/2016 à 19h12 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Economie
snim
© Copyright : DR

#Mauritanie : La Banque africaine de développement (BAD) et le gouvernement mauritanien ont signé des accords de financement d’un montant cumulé de 9,2 millions de dollars. Ces financements visent à appuyer les réformes à même de contribuer à la diversification de l’économie mauritanienne.

La Banque africaine de développement (BAD) a accordé des prêts et des dons d’un montant cumulé de 9,2 millions de dollars à la Mauritanie.

Ces ressources «vont servir au financement de la première phase du Programme d’appui aux réformes économiques et à la diversification de l’économie (PAREDE) du pays», a expliqué Serign Jallow, conseiller du président de la BAD, chargé du secteur de l’agriculture, de l’eau, du développement humain et des ressources naturelles. Il a salué, par la même occasion, «la portée hautement symbolique» de l’événement, qui marque la toute première opération d’appui budgétaire de la BAD à la Mauritanie et qui «traduit une confiance mutuelle».


LIRE AUSSI :
Mauritanie: un projet de loi de finances de 461,44 milliards d’ouguiyas



Le PAREDE a pour objectif principal «de créer les conditions favorables à la diversification de l’économie mauritanienne, laquelle est nécessaire pour promouvoir une croissance inclusive et durable. Pour ce faire, le programme mise sur l’amélioration de l’efficacité des dépenses publiques sur le système productif hors des industries extractives».

Par cette nouvelle démarche, le gouvernement mauritanien entend s’atteler à la diversification d’une économie dominée exclusivement  par les industries extractives (fer, or et cuivre) dont les produits sont exportés à l’état brut sans aucune valeur ajoutée.


LIRE AUSSI :
La BAD approuve le "Document de stratégie Pays" pour la Mauritanie


La mise en œuvre du PAREDE devrait permettre une amélioration de l’efficacité des investissements publics, une augmentation de la part des investissements privés hors industries extractives pour la porter à 38% du Produit intérieur brut (PIB) en 2017, contre seulement 35,6% en 2015.

Il aidera également à réduire les dépenses fiscales pour les limiter à 3% en 2017 (contre 5% actuellement). Il contribuera à mettre fin à au moins 20% des exonérations fiscales qui n’ont pas d’impacts positifs (directs ou indirects) sur le budget de l’Etat.


LIRE AUSSI :
Mauritanie: une réforme foncière pour légitimer l'accaparement des terres de la vallée!


Dans  le cadre du volet agropastoral, les ressources du PAREDE visent à porter la part du secteur à hauteur de 22% du PIB en 2017, contre 17,7% en 2015.

Ainsi, la superficie aménagée dans la filière rizicole devrait augmenter pour atteindre 55.000 hectares en 2017, contre 46.089 hectares actuellement. De même, le nombre de titres fonciers accordés aux coopératives agricoles féminines devrait atteindre le chiffre de 52 à l’échéance 2017, contre 20 actuellement. Selon la BAD, l’accès des femmes à la propriété foncière est l’un des principaux défis de l’émergence agricole en Afrique.
Le 04/12/2016 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya