Fermer

Mauritanie: la FAO va apporter 14 milliards d'ouguiyas à la filière agricole

Publié le 03/11/2017 à 07h52 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Economie
agriculture
© Copyright : DR

#Mauritanie : Le gouvernement mauritanien et le Fonds des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ont signé une convention pour un programme d'appui aux filières agriculture, pêche et ressources naturelles.

Le Fonds des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) va apporter un appui de 14 milliards d’ouguiyas (34 millions d'euros) au gouvernement de la République Islamique de Mauritanie, pour le développement des filières agriculture-pêche-élevage et ressources naturelles dans le cadre de la réalisation d’un programme couvrant la période 2017-2021.

Le dit programme est conforme à la volonté «d’éradication de la faim et de la malnutrition» conformément aux Objectifs de développement durable (ODD).



LIRE AUSSI : Mauritanie: 10,4 milliards d'ouguiyas du Fonds saoudien pour l'agriculture irriguée


Ces ressources sont destinées en priorité à soutenir les activités des producteurs dans des secteurs productifs clés de l’économie mauritanienne, générant des opportunités d’emplois en plus d’une valeur ajoutée globale et durable.

Deuxièmement, elles permettront la création d’un environnement institutionnel incitatif favorable à l’atteinte de la sécurité alimentaire. Le troisième volet porte sur la gestion durable des ressources naturelles, dans un contexte marqué par les changements climatiques.

La convention «tient compte des priorités nationales à travers la Stratégie de croissance accélérée et de prospérité partagée (SCAPP), nouveau référentiel des politiques publiques de développement en Mauritanie 2017/2030, et des diverses stratégies sectorielles mises en œuvre par les différents départements ministériels», a ajouté Moctar Ould Diaye, ministre de l’Économie et des finances.


LIRE AUSSI : Mauritanie. Sécheresse: l'opposition dénonce l'immobilisme du gouvernement


La signature de la convention avec la FAO intervient alors que la Mauritanie connait un énorme déficit pluviométrique, le plus aigu depuis 70 ans, selon certains observateurs, alors que d’autres comparent le phénomène à une situation vécue pendant les années 1972/1973 et qui rappelle un souvenir douloureux chez les éleveurs mauritaniens.

Cette sécheresse avait été à l’origine d’un véritable bouleversement au Sahel, avec une poussée massive des nomades et des ruraux, qui avaient fui la famine, vers les centres urbains.

       
   
Le 03/11/2017 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya