Fermer

Mauritanie: 47,6 millions d'euros de l'UE pour soutenir 3 secteurs

Publié le 01/07/2018 à 15h48 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Economie
Energie

#Mauritanie : Le gouvernement mauritanien et l'Union européenne (UE) ont signé samedi 30 juin deux conventions d'un montant global de 46,7 millions d'euros, ressources destinées au financement de trois secteurs d'importance stratégique.

Le gouvernement mauritanien et l’Union européenne ont signé samedi deux conventions d’un montant global de 47,6 millions d’euros, ressources destinées au financement de trois secteurs ciblés: la fourniture d’énergie, le soutien à la sécurité alimentaire et la consolidation de l’Etat de droit.

Ces conventions ont été signées par le ministre mauritanien de l’Economie et des finances, Moctar Ould Diaye, et le commissaire européen à la coopération internationale et au développement, Neven Mimica, selon l’Agence mauritanienne d’Information (AMI), un organe du gouvernement.


>>>LIRE AUSSI: Union européenne: un plan Marshall de 40 milliards d'euros pour l'Afrique

La première convention, d’un montant de 36,8 millions d’euros, «servira au renforcement  des investissements productifs et  énergétiques pour le développement durable des zones rurales afin de soutenir la résilience des populations vulnérables à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle.

La deuxième convention, qui s’élève à  12,6 millions d’euros, va financer un programme d’appui à la réforme de la justice permettant l’amélioration de l’Etat de droit à travers la promotion de la bonne gouvernance  et la protection des droits humains en Mauritanie».

Dans une allocution prononcée pour la circonstance, le commissaire européen à la coopération internationale et au développement, Neven Mimica, a rappelé que «la Mauritanie est un partenaire stratégique de l’Union européenne, en particulier ces temps-ci,  en ce qui concerne la stabilité et la sécurité dans la sous-région».

Le haut responsable de l’UE a mis l’accent sur la lutte contre l'émigration clandestine, le terrorisme et toutes les formes de trafic dans le Sahel.

Le 01/07/2018 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

à lire aussi