Fermer

Vidéo. Réactions après l'accord sur la poursuite de l'exploitation de l'or entre la Mauritanie et le canadien Kinross

Mise à jour le 01/07/2020 à 10h45 Publié le 01/07/2020 à 10h44 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Economie
Réactions après l'accord entre la Mauritanie et Kinross sur l'exploitation d'or
© Copyright : DR

#Mauritanie : Le gouvernement mauritanien et la firme canadienne Kinross Gold Corporation, maison mère de Kinross-Tasiast, ont signé un accord de principe visant la poursuite de leur partenariat. Voilà qui ne fait pas l'unanimité.

Nouvelle perspective qui devrait permettre à la société aurifère d’engager des investissements pour l’exploitation de la mine de «Tasiast/Sud» dans un contexte mondial marqué par une forte hausse des cours du métal jaune.

Cependant, au-delà des grandes lignes, les détails du futur accord définitif restent encore inconnus. D’où les réactions contrastées de deux figures de la scène politique et du mouvement syndical mauritanien.

Yahya Ould Mohamed Waghef, ancien Premier ministre, député et actuel vice-président de l’Union pour la République (UPR, principal parti de la majorité), salue l’accord de principe entre l'Etat mauritanien et la firme canadienne Kinross, qui ont pu dépasser tous les points de divergences (TVA, taxes sur les hydrocarbures), et le fait que la Mauritanie obtienne deux représentants au sein du Conseil d’administration.

LIRE AUSSI: Mauritanie: pour l'exploitation de la mine d'or de Tasiast, le partenariat avec une société canadienne se poursuivra


Mais le plus important pour lui, ce sont les perspectives ouvertes à l’investissement dans un nouveau contexte politique, qui devrait permettre à l’entreprise de renforcer considérablement sa capacité de production avec un horizon de démarrage rapproché des opérations.


Pour sa part, Abdallahi Ould Mohamed, dit Naha, secrétaire général de la Confédération générale des travailleurs de Mauritanie (CGTM), une des plus importantes du pays, conteste les avancées annoncées au sujet des royalties qui passent de 3% à 6,5%, suivant l’évolution des cours mondiaux.

Naha estime que les anciens chiffres et la valeur globale du site auraient dû faire l’objet d’une réévaluation avant la signature de ce nouvel accord.


LIRE AUSSI: Vidéo. Mauritanie: Mohamed Abdallahi, SG de la CGTM, expose les raisons de la grève à Tasiast


Il rappelle les pratiques «de corruption sous le régime Aziz» et considère comme un très mauvais signal, l’intervention de la Banque mondiale (BM) pour débloquer l’accord de principe signé le 15 juin 2020.

Ce syndicaliste réclame avec force, le retour au Parlement mauritanien de ses prérogatives de contrôle sur les contrats miniers.

Ainsi, il revendique l’abrogation d’une loi adoptée en 2010, sous la pression de l’Exécutif, et donnant carte blanche au gouvernement pour la négociation de la signature des contrats miniers, dans la plus grande discrétion, synonyme d’opacité.
Le 01/07/2020 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya