Fermer

Mauritanie: une plainte pour diffamation du fils du président envoie deux journalistes en prison

Mise à jour le 08/04/2016 à 16h48 Publié le 08/04/2016 à 10h05 Par Karim Zeidane

#Médias
presse mauritanie
© Copyright : DR

#Mauritanie : Une plainte pour diffamation déposée par Bedre ould Abdelaziz, fils du président Mohamed ould Abdelaziz, envoie deux journalistes des sites de Mauriweb et Cridem en prison. Il s’agit des sites parmi les plus consultés du pays.

Suite à une plainte pour diffamation déposée le mercredi 06 avril 2016 par Bedre ould Abdelaziz, fils du président mauritanien Mohamed ould Abdelaziz, le procureur de la République a délivré un mandat de dépôt contre Jedna Deida, directeur du site mauriweb.info et Babakar Baye N’diaye, webmaster du site cridem.org.

Les journalistes des deux sites web ont été écroués ce jeudi, dans l’après midi, à la prison centrale de Nouakchott, suivant le code criminel mauritanien.

Bedre ould Abdelaziz a porté plainte pour calomnie, diffamation, préjudice et pour publication d’informations infondées. Le site Mauriweb avait titré «urgent : Bedr ould Abdelaziz aurait-il tiré sur un berger ?». Dans cet article, repris et traduit par le site cridem.org, le journaliste fait référence à «une source fiable selon laquelle Bedr aurait tiré à balle réelle sur un berger dans un ranch du chef de l’Etat de l’Inchiri».

Selon l’avocat du fils du président, son client s’est senti systématiquement ciblé et nommé dans cet incident dans l’unique but d’attenter à sa personne et à sa réputation.

L’article de Mauriweb ferait suite à l’hospitalisation depuis quelques jours, d’un des employés du ranch du président à l’hôpital militaire de Nouakchott sans que les causes de cette admission au sein de cette unité ne soient connues. Certaines sources avancent tout de même des blessures par balles, poussant à diverses interprétations, surtout que le fils du président à un antécédent en la matière.

Certains journalistes mauritaniens voient dans la célérité de cet emprisonnement une volonté des autorités de museler la presse.

Le 08/04/2016 Par Karim Zeidane

à lire aussi