Fermer

Mauritanie: deux journalistes envoyés devant un tribunal correctionnel

Mise à jour le 16/08/2018 à 12h34 Publié le 16/08/2018 à 12h32 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Médias
Babacar Baye Ndiaye

Babacar Baye Ndiaye, rédacteur en chef et webmaster du forum francophone «Cridem».

© Copyright : DR

#Mauritanie : Baye NDiaye, rédacteur en chef et webmaster du forum "CRIDEM" et Mohamed ould Saibott, directeur de publication du site "Taqadoum", comparaîtront devant un tribunal correctionnel, suivant la procédure de la citation directe suite à une plainte d'un avocat proche du président Mohamed ould Abdel Aziz.

Entamée depuis une semaine, la procédure de garde à vue des journalistes Babacar Baye NDiaye, rédacteur en chef du forum francophone «Cridem» et Mohamed ould Saibott, directeur de publication du site d’informations en ligne «Taqadoum» a connu son épilogue mercredi.

Ils ont été déférés devant le parquet du tribunal de Nouakchott Ouest et le procureur de la République a décidé de renvoyer leur dossier devant le tribunal correctionnel, suivant la procédure de la citation directe.

Laissés en liberté, les deux journalistes comparaîtront à l’audience pour laquelle le tribunal correctionnel aura enrôlé leur dossier. Ils sont sous le coup d’une plainte pour «diffamation» déposée par Jemal ould Mohamed Taleb, un avocat franco mauritanien, résidant à Paris, et présenté comme un proche conseiller du président Mohamed ould Abdel Aziz.


LIRE AUSSI: Mauritanie: le rédacteur en chef du premier site d'informations du pays arrêté


«Cridem» et «Taqadoum» ont repris un article du site de «Mondafrique» traitant l’avocat mauritanien «de mercenaire, mêlé à des affaires de mauvaise gouvernance».

«Mondafrique» est un organe présenté comme favorable au banquier mauritanien, Mohamed ould Bouamatou, farouche opposant au régime de Nouakchott.

Ainsi, derrière la plainte de maître Jemal ould Taleb contre les deux journalistes, de nombreux analystes perçoivent un nouvel épisode de la «guerre» entre le pouvoir de Nouakchott et le plus célèbre banquier du pays, en exil depuis plusieurs années.

                            
Le 16/08/2018 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya