Fermer

Ould Abdel Aziz participe à la fin des manœuvres «Tonnerre du nord» en Arabie Saoudite

Publié le 10/03/2016 à 15h07 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Politique
PORTRAIT. MOHAMED OULD ABDEL AZIZ, OU L’ART DE SE FAIRE DES ENNEMIS
© Copyright : DR

#Mauritanie : Le président mauritanien s’est envolé pour l’Arabie saoudite. Durant une visite d’Etat de 48 heures, il participera à la cérémonie manquant la fin des manœuvres militaires de l’opération «Tonnerre du nord».

Sur invitation du Roi d’Arabie Saoudite, Salman Ben Abdel Aziz Al Saoud, le chef de l’Etat mauritanien assistera à la parade militaire marquant la fin des manœuvres de l’opération dénommée «Tonnerre du nord», organisée aujourd’hui dans une base militaire au nord du Royaume saoudien.

Ces manœuvres, qualifiées «d’inédites» par les observateurs, ont impliqué les forces terrestres, aériennes et navales d’une vingtaine de pays arabes et africains, parmi lesquels l’Egypte, le Soudan, le Maroc, la Mauritanie et le Sénégal. Durant ces manœuvres, les différentes armées ont pu utiliser du matériel militaire de haute technologie.

Cette opération constitue un signal fort de la volonté des pays impliqués de préserver la sécurité et la stabilité de la région. C’est au titre de la participation de contingents issus de leurs armées nationales que certains leaders africains ont été invités à assister à la parade militaire marquant la fin de cette opération.

Pour rappel, ces exercices militaires, «les plus importantes jamais organisées au niveau de la région» et qui ont eu pour théâtre la zone frontalière avec l’Irak (nord), se sont déroulés dans un contexte régional très tendu. En effet, depuis mars 2005, l’Arabie Saoudite dirige une coalition internationale qui combat les rebelles chiites «Houthis», soutenus par l’Iran, au Yémen.

En plus, le régime saoudien fait partie de la coalition internationale qui combat depuis plus de 18 mois l’Etat islamique en Syrie et en Irak. L’Arabie saoudite s’est dit prête à une coopération terrestre en Syrie sous la conduite des Etats-Unis.

Le 10/03/2016 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya