Fermer

Relance de l’initiative pour un dialogue politique inclusif en Mauritanie

Publié le 15/04/2016 à 18h09 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Politique
messaoud

Messaoud Ould Boulkheir, leader de l’Alliance Populaire Progressiste (APP) et président du Conseil Economique et Social (CES).

© Copyright : DR

#Mauritanie : Messaoud Ould Boulkheir, figure de l’opposition historique et leader de l’Alliance Populaire Progressiste (APP), président du Conseil Economique et Social (CES), mène actuellement d’intenses consultations pour nouer le fil du dialogue entre le président Mohamed Ould Abdel Aziz et l’opposition.

Messaoud Ould Boulkheir, président de l’APP et ancien président de l’Assemblée nationale, a été longuement reçu en audience par le chef d'Etat Mohamed Ould Abdelaziz mercredi dernier. La rencontre a porté sur la relance du dialogue national inclusif.

En rencontrant le leader de l’Alliance populaire progressiste au Palais de la République, Mohamed Ould Abdel Aziz a tenu un discours clair : «je n’ai pas l’intention d’initier une réforme constitutionnelle dans le but de solliciter un troisième mandat. Ma volonté est d’organiser un dialogue national inclusif avec la participation d’Ahmed Ould Daddah. Je suis prêt à payer le prix et à donner toutes les garanties dans cette perspective», rapporte l’agence Sahara Médias.

Ahmed Ould Daddah est une autre figure historique de l’opposition mauritanienne, plusieurs fois candidat malheureux à une élection présidentielle dans ce pays. Il a notamment été «recalé» de justesse à l’issue d’un deuxième tour du scrutin de mars 2007.

Par ailleurs, le Rassemblement des forces démocratiques (RFD) dont il est le président, est la formation la plus importante en termes de représentativité au sein du Forum national pour l’unité et la démocratie (FNDU), collectif composé de partis politiques, organisations de la société civile, centrales syndicales et personnalités indépendantes.

Après sa rencontre avec le président, le leader de l’APP a entamé sa mission pied au plancher. Jeudi, il a reçu une délégation du FNDU dirigée par son président en exercice, Salah Ould Hanana, dans une propriété située à 25 kilomètres à la sortie Est de Nouakchott.

Au cours de cette rencontre, «les discussions ont porté sur les voies et moyens de rapprocher les points de vue dans la recherche d’un dialogue national inclusif», selon le journal «Le Calame», une publication sérieuse et appréciée en Mauritanie.

Le même organe citant le président en exercice du FNDU ajoute «notre rencontre avec Messaoud Ould Boulkheir s’inscrit dans le cadre de la mise en place d’un front anti troisième mandat au profit de Mohamed Ould Abdel Aziz».

En Mauritanie, les articles 26, 28 et 29 de la Constitution de juillet 1991, modifiée par voie référendaire le 19 juin 2006, verrouillent à deux (2) fois 5 ans le nombre de mandats du président de la République.

Suite aux déclarations des 3 membres du gouvernement plaidant pour un troisième mandat au président en exercice, le FNDU avait annoncé la rupture de tout contact avec le pouvoir dans la perspective d’un dialogue national jusqu’à ce que le président de la République désavoue ses ministres.
Tout le monde s'attend à ce que le président sorte de son silence pour mettre l’accent sur le respect de la constitution; une condition sine qua none à toute reprise du dialogue entre le pouvoir et l’opposition.

Le 15/04/2016 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya