Fermer

Mali-Mauritanie: IBK pour une plus grande implication d’Aziz dans le processus de paix

Publié le 20/05/2016 à 18h25 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Politique
Aziz-Ibk

Mohamed ould Abdel Aziz, président de la Mauritanie, et Ibrahima Boubakar Keita (IBK), président du Mali.

© Copyright : DR

#Mauritanie : Le président malien, Ibrahim Boubacar Keita (IBK), souhaite une plus grande implication du chef de l’Etat mauritanien dans la recherche et la construction de la paix au Mali. C’est l’objet de la visite du ministre des Affaires étrangères malien à Nouakchott.

Le processus de paix inter-malien piétine dans sa phase d’intégration des ex-rebelles et l’insécurité est grandissante au nord du pays. Face à cette situation, le président malien cherche un soutien de la part du président mauritanien. C'est dans cette optique que le ministre malien des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Abdoulaye Diop, a été reçu en audience jeudi 19 mai courant par le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz.

Le chef de la diplomatie malienne a expliqué avoir transmis au chef de l'Etat mauritanien un message de son homologue «ayant trait aux profondes relations d’amitié, de fraternité et aux liens particuliers entre les 2 pays».

En fait, le président mauritanien est invité à appuyer les efforts visant à ramener une paix durable dau Mali, pays avec lequel la Mauritanie partage plus de 2000 kilomètres de frontières communes.

Appréciant le rôle de la Mauritanie dans l’évolution positive de la situation sécuritaire et politique dans son pays, le  chef de la diplomatie malienne a rappelé que «c’est la visite historique» du président Mohamed Ould Abdel Aziz à Kidal (Nord Mali) au mois de mai 2015, qui a permis la signature d’un cessez-le-feu entre l’armée régulière et la rébellion touarègue, après une journée de sanglants affrontements avec un bilan de plusieurs dizaines de victimes.

Ainsi, le chef de l’Etat malien invite son vis-à-vis mauritanien «à poursuivre l’action en vue de garantir la consolidation de la stabilité et de la sécurité dans la région et à œuvrer ensemble pour lutter contre les dangers auxquels fait face la région, notamment l’insécurité et le terrorisme».

C’est à la condition de réussir à relever ces différents défis que le Mali et la Mauritanie pourront créer les conditions du développement économique et social.

La Mauritanie et le Mali sont membre du Groupe 5 (G5) du Sahel constitué par les pays de la ligne de front dans la lutte contre le terrorisme aux côtés du Burkina Faso, du Niger et du Tchad.
Cette organisation sous-régionale vise la mutualisation des efforts en matière de sécurité pour garantir le développement.

Le 20/05/2016 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

à lire aussi