Fermer

Mauritanie: poursuite de la ronde des auditions dans le dossier Ghadda

Publié le 27/08/2017 à 17h49 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Politique
Ghadda

Mohamed Ould Ghadda.

© Copyright : DR

#Mauritanie : La police mauritanienne chargée de la répression des infractions à caractère économique poursuit les auditions dans l'affaire de l'ancien sénateur Mohamed Ould Ghadda. Après les hommes de médias et les syndicalistes, samedi, c'était au tour de Maalouma Mint Meidah, ex-sénatrice, d'être entendue.

Après l’audition de 3 journalistes vendredi matin, la police mauritanienne, chargée de la répression des infractions à caractère économique, a poursuivi ses investigations dans l’après-midi pour entendre 2 syndicalistes.

Samedi, c’était au tour de l’ex-sénatrice et diva de la musique, Maalouma Mint Meidah.

Les syndicalistes auditionnés sont Abdallahi Ould Mohamed, dit Nah, secrétaire de la Confédération générale des travailleurs de Mauritanie (CGTM) et Samory Ould Bey, secrétaire général de la Centrale libre des travailleurs de Mauritanie (CLTM).

Les interrogatoires concernent les rapports que ces personnalités entretiennent avec le banquier et  homme d’affaires Mohamed Ould Bouamatou, réfugié au Maroc depuis plusieurs années, et Mohamed Ould Debagh, une personnalité qui lui est  proche, également absente de Mauritanie depuis quelques mois, explique une source digne de foi.

LIRE AUSSI : Mauritanie: Ould Ghadda accusé de crimes transfrontaliers


L’un des syndicalistes interrogés admet avoir revendiqué son amitié avec ces 2 personnalités, tout en précisant que «leurs rapports ne sont pas basés sur l’argent».

Ces personnalités ont été interrogées dans le cadre d’une procédure d’enquête préliminaire ouverte contre l’ancien sénateur Mohamed Ould Ghadda et ses compagnons, pour présomptions «de crimes transfrontaliers et préparatifs d’actes visant à troubler l’ordre public», selon un communiqué du Parquet publié le 18 août dernier. Mohamed Ould Ghadda a été arrêté le 10 août.

Le collectif des avocats de la défense de l’ex-sénateur a annoncé avoir saisi le procureur de la République près le tribunal de Nouakchott pour demander «le respect de ses droits et des engagements internationaux souscrits par la Mauritanie», dans une déclaration rendue publique samedi après-midi.

Le magistrat a répondu souscrire entièrement aux principes et règles rappelés par les avocats, «tout en restant évasif concernant les 2 questions liées à l’expiration du délai de garde à vue, sans que Mr Ghadda soit libéré ou présenté devant un juge».
 
Le 27/08/2017 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya