Fermer

Mauritanie: polémique et surenchère sur la cohabitation

Mise à jour le 10/03/2018 à 17h46 Publié le 10/03/2018 à 17h43 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Politique
Ibrahima Mokhtar Sarr

Sarr Ibrahima Moctar, leader de l’Alliance pour la justice et la démocratie/Mouvement pour la réconciliation (AJD/Mr).

© Copyright : DR

#Mauritanie : Un débat relatif à la cohabitation entre communautés, hautement polémique, marqué par la surenchère, agite une partie de la scène mauritanienne suite à une déclaration du leader de l’Alliance pour la Justice et la Démocratie/Mouvement pour la Réconciliation (AJD/Mr), Sarr Ibrahima Moctar.

Dans un entretien exclusif publié cette semaine par «Sud Quotidien» le doyen des organes de la presse privée au Sénégal, Sarr Ibrahima Moctar, député, ancien détenu de la célèbre prison de Oualata, sous le magistère de Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya,  2 fois candidat malheureux à une élection présidentielle, n’a pas pris de gants pour dénoncer le système politique mauritanien qualifié de«féodal, ségrégationniste et raciste».

Se montrant plus précis, l’élu a même lancé un avertissement: «dans 5 à 6 ans, il n’y aura plus de noirs dans l’administration mauritanienne». Une réalité, malheureusement, que partagent de nombreux négro-mauritaniens (composante non arabe de la Mauritanie) qui intègrent de plus en plus difficilement la fonction publique à cause de leurs lacunes en langue arabe.


LIRE AUSSI: Mauritanie: un rapport onusien fustige l'exclusion des Haratines et des négro-Africains


En effet «ce soixante-huitard reste convaincu que le système politique de son pays a atteint ses limites». Décrivant des pratiques honnies, il signale que «les gens sont cooptés à partir des grandes familles, que ce soit chez les négro-africains, ou les maures, c’est un système esclavagiste. Les autorités reconnaissent l’existence de séquelles du phénomène, mais en vérité, dans certains coins de la Mauritanie, il s’agit d’une pratique véritable de l’esclavage comme dans les temps anciens».

Face à ces propos, la réplique du gouvernement est tombée jeudi après-midi. S’exprimant à l’occasion d’un point de presse consacré aux commentaires des résultats de la réunion hebdomadaire du conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement, Mohamed Lemine Ould Cheikh, a répondu à la déclaration du député.


LIRE AUSSI: Mauritanie: la communauté noire dénonce son exclusion


Le responsable gouvernemental a condamné «un discours extrémiste, tenu à travers des propos excessifs et de la part d’un homme politique extrémiste». Mohamed Lemine Ould Cheikh a par la suite déploré le fait que, de temps à autre, des individus reprennent pareil discours au-delà du leader de l’AJD/MR qui prétend «qu’une minorité composée de Maures blancs contrôle les commandes de l’Etat au détriment d’une majorité imaginaire».

Le débat sur la cohabitation en Mauritanie revient devant la scène à intervalle plus ou moins régulier depuis 1966 avec un épisode douloureux et sanglant à la fin des années 1980, sous le règne du président Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya. Une période marquée par une spirale de répression contre les cadres et la communauté négro africaine.

Dans le contexte actuel, le débat sur la cohabitation communautaire refait surface à moins de 18 mois d’une élection présidentielle prévue en 2019, mais aussi des législatives, régionales et municipales inscrites dans l’agenda républicain en cette année 2018.


LIRE AUSSI: Mauritanie-dialogue politique: un leader de parti déplore le racisme et l'exclusion des Mauritaniens non Arabes


Une période préélectorale «propice à toutes les formes de surenchères politiques et même politiciennes, pour draguer un électorat bien ciblé» déplore un analyste.

Ainsi, parmi les conclusions des journées de concertation organisées cette semaine par l’Union pour la république (UPR), principal parti de la majorité et fer de lance du président Mohamed Ould Abdel Aziz (qui ne sera pas candidat cette fois) pour les grandes conquêtes électorales, figure une recommandation relative à l’introduction des langues nationales (Peule, Soninké et Wolof) dans le système éducatif.

Répondant à cette sollicitation, le Pr Lô Gourmo Abdoul, vice-président de l’Union des forces de progrès (UFP, opposition), renvoie le parti présidentiel à ses chères études «politiciennes» en lui suggérant d’abord l’officialisation de ces trois langues au même titre que l’arabe.

Le 10/03/2018 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya