Fermer
#Politique

Vidéo. Mauritanie: la CDN dans les starting-blocks pour les prochaines élections

Mise à jour le 14/05/2018 à 15h30 Publié le 14/05/2018 à 14h46 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Mauritanie : Le parti de la Convergence démocratique nationale (CDN, parti d'opposition) participera aux élections prévues en Mauritanie au cours de l'année 2018 et 2019, selon une annonce faite par son leader, maître Mahfoudh Ould Bettah.

Maître Mahfoudh Ould Bettah, leader du parti de la Convergence démocratique nationale (CDN-opposition), ancien ministre de la Justice, et ex-bâtonnier de l’Ordre national des avocats (ONA), était en conférence de presse mardi après-midi.

Une rencontre avec les journalistes à la faveur de laquelle il a annoncé la décision relative à la participation de cette formation aux prochaines élections prévues dans le pays, conformément à une option déjà déclinée par d’autres formations de l’opposition.

La Mauritanie va vers des élections législatives, régionales et des municipales en 2018, et un scrutin présidentiel en 2019.


LIRE AUSSI: Vidéo. Mauritanie: Me Brahim Ould Ebetty fait le point sur le dossier des ex-sénateurs


L’annonce de la participation faite par le président de la CDN est assortie d’un appel «à la mobilisation de toutes les forces vives de la nation, classe politique, organisations de la société civile, leaders d’opinion et personnalités indépendantes, pour chasser le pouvoir dictatorial qui préside aux destinées de la Mauritanie depuis une dizaine d’années.

En dépit des apparences, le pays est dirigé par un régime faible, car reposant exclusivement sur le pouvoir personnel.

Une large mobilisation garantirait l’alternance, nécessaire à l’instauration d’une véritable démocratie, au traitement égal de tous les citoyens, et à une gestion transparente des ressources nationales, voie incontournable pour aller vers l’émergence».


LIRE AUSSI: Mauritanie: le pouvoir ne veut pas d'observateurs internationaux pour les élections


Pour illustrer «l’impopularité» du pouvoir, maître Mahfoudh Ould Bettaha rappelé «les fraudes massives qui ont marqué l’organisation du référendum constitutionnel du 5 août 2017» et exhorté tous les segments de la société mauritanienne à dresser un barrage infranchissable en vue d’éviter la répétition des pratiques similaires à l’occasion des prochaines élections.

Il a également dénoncé la démarche «unilatérale» ayant abouti à la désignation des membres de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).


 

Le 14/05/2018 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya