Fermer

Mauritanie: Réactions suite au refus de Ould Abdel Aziz de briguer un 3e mandat

Mise à jour le 19/01/2019 à 12h42 Publié le 19/01/2019 à 12h40 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Politique
Mauritanie: Réactions au refus de Ould Abdel Aziz de briguer un 3e mandat
© Copyright : le360: Cheikh Sidya

#Mauritanie : Les mauritaniens, acteurs des médias et personnalités politiques, saluent l'appel du président Mohamed ould Abdel Aziz, pour mettre fin à une initiative pour un troisième mandat.

Les Mauritaniens, des acteurs des médias aux personnalités politiques, ont réagi positivement à l’appel du président Mohamed ould Abdel Aziz, lancé mardi dernier, mettant fin à la propagande pour un 3e mandat. 


>>>LIRE AUSSI: Mauritanie. Officiel: ould Abdel Aziz renonce à un 3e mandat

Plusieurs dizaines de députés, issus de son parti et des formations alliées, avaient proposé d'amender des dispositions protégées de la constitution du 20 juillet 1991, révisée par voie référendaire le 25 juin 2006, dans le but d'ouvrir la voie à un troisième mandat.


Pour Ahmed ould Cheikh, Directeur de Publication de l’hebdomadaire Calame, "on attendait pas moins, de la part d’un président qui a répété à plusieurs reprises sa volonté de respecter la constitution".

Selon lui, "la véritable question porte sur le comportement des députés de son camp, prenant en toute impunité une initiative incitant à la violation de la Constitution".

L'analyse est identique chez le Pr Lô Gourmo, vice-président de l’Union des Forces de Progrès (UFP-opposition), qui parle d'une "remise à l’heure des pendules, conformément aux attentes de l’opposition et de tout le peuple mauritanien".


>>>LIRE AUSSI: Mauritanie: les députés de l'opposition font bloc contre un 3e mandat pour Abdel Aziz

Pour ce spécialiste droit, "il était temps de mettre fin à cette déferlante qui a duré plus semaines, comme si elle intégrait la stratégie du pouvoir face à la future bataille".

Il appelle Mohamed ould Abdel Aziz à faire un pas de plus, pour créer les conditions d’un climat politique apaisé et d’une élection présidentielle libre, démocratique et transparente.

Pour sa part, Kadiata Malick Diallo, députée de l’Union des Forces de Progrès (UFP-opposition)  félicite le président pour avoir mis fin "à une initiative malheureuse" et salue tout particulièrement l’attitude patriotique courageuse des députés ayant rejeté une démarche visant à porter atteinte à la Constitution.


Le 19/01/2019 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya