Fermer

Mauritanie. Violences post-présidentielle: acquittement des détenus de la CVE

Mise à jour le 07/11/2019 à 17h22 Publié le 07/11/2019 à 17h19 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Politique
Kane Hamidou Baba
© Copyright : DR

#Mauritanie : Le tribunal de Kaédi (ville de la Vallée du fleuve) a acquitté une dizaine de cadres et militants de la Coalition Vivre Ensemble (CVE), mouvance nationaliste négro-africaine, ayant soutenu la candidature de Kane Hamidou Baba, arrêtés au lendemain de la présidentielle de juin dernier.

La Mauritanie exorcise les démons du scrutin présidentiel du 22 juin 2019, dont les résultats ont été contestés par l’opposition, grâce à une décision de justice.

En effet, le tribunal de Kaédi (ville de la Vallée du fleuve) a acquitté une dizaine de cadres et militants de la Coalition Vivre Ensemble (CVE), mouvance nationaliste négro-africaine, ayant soutenu la candidature de Kane Hamidou Baba à l’occasion du scrutin présidentiel du 22 juin 2019, dans un verdict rendu public le mercredi soir.

Ces personnes arrêtées et placées en détention provisoire depuis le 23 juin, étaient poursuivies pour «trouble à l’ordre public, violence, voies de faits, rébellion…».


LIRE AUSSI: Mauritanie: premières condamnations post-électorales des partisans de la Coalition Vivre Ensemble


Des accusations dont la base est une série de manifestations de rue contestant les résultats du scrutin présidentiel du 22 juin 2019, attribuant la victoire au premier tour de la présidentielle de juin dernier, à Mohamed ould Cheikh Ghazouani, candidat de la majorité et du président en exercice, Mohamed ould Abdel Aziz, avec 52% des suffrages.

Les résultats officiels concèdent près de 9% des suffrages à Kane Hamidou Baba.

Ces manifestations se sont déroulées à Nouakchott, dans les localités de la vallée du fleuve et les cités minières du Nord (Nouadhibou et Zouerate).

Réagissant au verdict, la Coalition «prend acte de la décision avec satisfaction».


LIRE AUSSI: Mauritanie: voici pourquoi Ghazouani et Kane, leader de la mouvance négro-africaine, se sont rencontrés


Elle rappelle l’assistance, le soutien moral et matériel apportés aux familles. La déclaration de la CVE revient également sur la dimension politique d’une procédure dont le point départ est constitué par des manifestations pacifiques visant à contester les résultats d’un scrutin présidentiel.

La déclaration de la CVE «exige le respect du droit à la manifestation, des conditions de détention conformes aux lois, et invite tous les sympathisants à la mobilisation, autour de la charte adoptée pour créer les conditions d’un véritable Etat de droit, juste, égalitaire et multiculturel».

Le verdict de Kaédi intervient après plus de 4 mois et demi de détention préventive et une semaine après la rencontre entre le président Mohamed ould Cheikh Ghazouani, et le leader de la CVE, Kane Hamidou Baba.

La libération a été aussi sollicitée par tous les autres candidats perdants de la présidentielle passée. 
Le 07/11/2019 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya