Fermer

Mauritanie: Mustapha Limam Chaafi de retour après 12 ans d’exil

Mise à jour le 19/10/2020 à 10h56 Publié le 19/10/2020 à 10h55 Par De notre correspondant à Nouakchott Amadou Seck

#Politique
Mauritanie: Mustapha Limam Chaafi de retour après 12 ans d’exil

Mustapha Limam Chaafi.

© Copyright : DR

#Mauritanie : Mohamed ould Bouamatou, Aziz El Mamy, Abdel Khoudouss ould Abeidna, et maintenant Mustapha Limam Chaafi, la ronde des opposants de retour au bercail se poursuit en Mauritanie.


Les «pestiférés» du régime Aziz rentrent au pays.  Le dernier cité, opposant historique aux régimes de Maaouya ould Sid Ahmed Taya (1984/2005) et Mohamed ould Abdel Aziz (2008/2019), est arrivé à l’Aéroport International «Oumtounsy» de Nouakchott dimanche en début de soirée en provenance de Dubaï. 

Mustapha Limam Chaafi est un homme politique issu de l’ensemble Tejekanit de la région de l’Assaba (600 kilomètres à l’Est de Nouakchott).  Ce mauritanien est un habitué des lambris dorés des palais présidentiels dans le Sahel, en Afrique de l’Ouest, et bien introduit au  Maroc, pays dans lequel il entretient de solides amitiés. 

Connaissant parfaitement le milieu complexe  des groupes terroristes armés (GTA),  Mustapha Limam Chaafi  a souvent  joué un rôle dans des  négociations visant la libération des otages occidentaux enlevés au Sahel pendant de nombreuses années. 


>>>LIRE AUSSI: Mauritanie: Limam Chafi tire à boulets rouges sur le président Ould Abdel Aziz

Tout ceci est à mettre au compte de la décrispation, suite à une politique de détente et d’ouverture initiée par le président Mohamed Cheikh El Ghazouani, élu le 22 juin 2019 et aux commandes de la Mauritanie depuis le 1er août de la même année.

Le retour au bercail de Mustapha Limam Chaafi, qui était sous le coup de poursuites judiciaires et d’un mandat d’arrêt international, au même titre que Mohamed ould Bouamatou «pourrait permettre à ce dernier de mettre sa vaste expérience, son entregent et  son important carnet d’adresses au service de la diplomatie du pouvoir de Nouakchott», estime un analyste politique.
Le 19/10/2020 Par De notre correspondant à Nouakchott Amadou Seck