Fermer

Mauritanie: des équipements japonais pour les aéroports de Nouakchott et Nouadhibou

Mise à jour le 08/09/2016 à 19h20 Publié le 08/09/2016 à 19h20 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Société
sécurité aéroport
© Copyright : DR

#Mauritanie : Le gouvernement japonais équipera les aéroports de Nouakchott et Nouadhibou pour une enveloppe globale de 200 millions de yens, soit prés de 700 millions d’ouguiyas. Cela contribuera à assurer la sécurité des passagers au niveau des aéroports.

Le Japon équipera les aéroports de Nouakchott et Nouadhibou  (ville située  à 465 kilomètres plus au Nord de la capitale mauritanienne) pour une enveloppe globale de 200 millions de yens, soit prés de 700 millions d’ouguiyas.

Le ministre mauritanien de l’Economie et des finances, Moctar Ould Diaye, et l’ambassadeur du Japon, Hisatsugu Shimuzu, ont procédé à un échange de notes portant sur cet accompagnement, mercredi après midi.

Les aéroports des deux plus grandes villes du pays seront dotés «d’un large éventail d’équipements composés de Rayons X cabine, Rayons bagages soute, Rayons X fret et portiques de détection», selon l’Agence mauritanienne d’information (AMI).

Ces nouveaux équipements vont contribuer «au renforcement des capacités des aéroports de Nouakchott et Nouadhibou, en perspective du grand trafic aérien pour lequel ces infrastructures ont été créées, qui exige un système de sécurité performant», a expliqué le ministre mauritanien de l’Economie et des finances, dans une allocution prononcée à l’occasion de la cérémonie d’échange de notes.

Pour sa part, l’ambassadeur du Japon a indiqué que ce don vise à «soutenir les efforts de la Mauritanie dans le cadre de la lutte contre le terrorisme».

Le diplomate a par la suite  émis le vœu que ces équipements hissent le niveau de sécurité des 2 aéroports aux nomes, en limitant notamment «les insuffisances» sécuritaires.

Nouakchott, rappelle-t-on, est dotée d’un nouvel aéroport international dénommé «Oumtounsy», opérationnel depuis le 23 juin dernier.
Le 08/09/2016 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya