Fermer

Mauritanie: arrestations d'orpailleurs "illégaux" soudanais

Publié le 27/09/2016 à 13h18 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Société
orpailleurs d'or
© Copyright : dr

#Mauritanie : Les membres d’un groupe composé d’une soixantaine de prospecteurs «illégaux» d’or ont été arrêtés par une unité de l’armée mauritanienne ces derniers jours, rapporte lundi la presse locale. On en dénombre un nombre important de Soudanais.

La ruée vers l’or en Mauritanie continue de susciter un certain engouement qui dépasse les frontières mauritaniennes. Toutefois, face aux charges financières relatives à l’agrément et à l’achat de matériels, on recense de nombreux chercheurs d’or irréguliers au niveau de la région.

Cette situation a poussé les autorités à plus de vigilance. Ainsi, plusieurs orpailleurs ont été alpagués sur les lieux de prospection du métal jaune dans la région de l’Inchiri (au nord de Nouakchott) par une unité de la Gendarmerie nationale et mis à la disposition des autorités pour les besoins d’enquête.

Parmi les personnes arrêtées, on compte des Mauritaniens, mais aussi de nombreux Soudanais, rapportent plusieurs sources concordantes.
Au cours des derniers jours, on note une forte présence de ressortissants soudanais au niveau de la compagnie de police de «Bagdad» de Nouakchott qui reçoit habituellement les ressortissants ouest africains raflés pour défaut de cartes de séjour et en instance d’expulsion du territoire mauritanien. 

Les autorités mauritaniennes, rappelle-t-on, ont légalisé la prospection et l’exploitation traditionnelle de l’or au mois d’avril 2016.
Cette mesure a été à l’origine d’une véritable ruée vers l’or au niveau de la région de l’Inchiri.

Dans leur écrasante majorité, les candidats sont revenus déçus de l’aventure.

Nombre d’entre eux ont même dénoncé «une arnaque» de l’Etat pour bénéficier des rentrées d’argent grâce aux agréments octroyés par l’Etat pour avoir acheté du matériel et payé des taxes dans le cadre d’une aventure sans réelles perspectives.
Le 27/09/2016 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya